Musique

Piers Faccini et Franecsca Beard sont les invités de la première édition de Standing Room, le 7 septembre au Trianon

12 août 2011 | PAR Yaël Hirsch

Alors qu’il s’apprête à sortir son nouvel album, My wilderness, en septembre (voir notre critique), Piers Faccini s’allie à la La librairie Shakespeare and Company pour présenter  la toute premieère édition de STANDING ROOM le 7 septembre au Trianon. La tradition américaine du « spoken word » débarque en France. Le principe?  des poètes et songwriters sont invités pour une série de performances en anglais. Pour cette première édition le chanteur anglais rencontre la poétesse lodonienne et mêlent leurs univers.

Pour cette soirée inaugurale le songwriter (guitare-voix) Piers Faccini rencontre l’univers de Francesca Beard, poète reconnue de la scène londonienne. Ils joueront d’abord séparément, puis ensemble pour créer quelque chose d’original et unique.

La librairie inde?pendante Shakespeare and Company, ouverte en 1951 par George Whitman, a longtemps accompagné les poètes de la Beat Generation.
Allen Ginsberg lut Howl devant la librairie et William Burroughs y fit ses recherches pour écrire Le Festin Nu. Forte de cet héritage, Shakespeare and Company importe aujourd’hui ce concept particulièrement anglo-saxon de spoken word et de performance poetry à Paris, une des formes contemporaines héritée du Beat en France.

Venu des États-Unis, le spoken word est un genre à part entière.
Inspiré des traditions jazz, blues, ainsi que des poètes de la Beat Generation, il est tre?s populaire en Grande-Bretagne, dans des salles comme la Southbank à Londres et également à New-York, où  il ne cesse de gagner en vitalité. Le spoken word, dit aussi performance poetry, détient l’énergie du slam et le lyrisme de la poésie, mais en extrait sa propre identité. C’est un texte dont la forme initiale est rendue vivante par l’auteur et son public, et par un jeu sur la sonorité des mots et le rythme.

Infos pratiques

Le Skylab, un portrait de famille détonant par Julie Delpy
Sziget, point d’étape #5 : contre la banalisation de la violence des employés de sécurité
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *