Cinema

Lascars : LA comédie de ce début d’été

22 juin 2009 | PAR Gilles Herail

Lascars est l’adaptation d’une série animée diffusée sur Canal plus. Après le succès télé, voila la réussite ciné, originale, osée, et drôle. Critique de ce  film d’animation pas comme les autres.

lascars-1ere-photoPlus comédie « de potes » que dessin animé, lascars se déroule dans un univers souvent oublié par le cinéma français : la banlieue. Les amateurs d’analyse sociale vont être déçus car le parti pris est clair : faire rire. En pleines vacances d’été, dans une cité du nord parisien, chacun occupe ses vacances comme il le peut. Certains prétendent être en séjour au soleil à « Santo Rico », d’autres sont en galère avec un dealer un brin colérique, un dernier, viré par sa cousine (Diams), trouve un petit boulot au service d’un grand bourgeois parisien.

Les trailers montrent plutôt bien le style visuel du film, et ses « décors » de banlieue très soignés. Le rendu mélange art graphique, traits de crayon, et couleurs travaillées qui donnent un ton et une ambiance vraiment caractéristiques. On reste plus sceptique devant l’animation des visages, dopé aux effets cartoon permanents qui soulignent un peu trop des caractères déjà bien trempés. Ces personnages, hauts en couleur, prennent vie grâce à un casting de choix : Vincent Cassel s’amuse à donner de la voix à une petite frappe inspirée du Vince de la Haine quand Frédéric Bel incarne sa copine, une brune hystérique qui se révèle être… flic. N’oublions pas Omar et Fred, qui réservent les scènes les plus drôles.

lascars-1Lascars est un film qu’on aime parce qu’il s’inscrit dans un univers hip hop (très bonne bande son rap) sans tomber dans la caricature de certaines productions Besson. Un cinéma référencé, ponctué de clins d’œil (hilarant Eric et son accent chinois toujours aussi personnel). Un film rempli de vannes vouées à devenir cultes et de scènes rocambolesques qui atteignent des sommets vers la fin du film.

Vous l’aurez compris, Lascars fait partie de ces surprises dont on raffole. Une réussite graphique, une comédie qui fait rire, et une banlieue comme fond plutôt que comme thème. A voir dès le 17 juin sans oublier de rester pendant le générique de fin pour écouter un « rap civique » qui vaut vraiment le détour…

Plus d’infos sur ce film
Gilles Hérail

11 septembre : Bigard remet le couvert !
Rebondissement dans l’affaire Philippe Val : Il dégage Frédéric Pommier
Gilles Herail

5 thoughts on “Lascars : LA comédie de ce début d’été”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *