Cinema

La Taupe, le thriller neo-guerre froide du mois de février

La Taupe, le thriller neo-guerre froide du mois de février

19 janvier 2012 | PAR Yaël Hirsch

Avec « La Taupe », le jeune et talentueux réalisateur Tomas Alfredson (Morse, 2008) adapte le thriller de John le Carré. Images glacés et cast exceptionnel  pour ce film d’espionnage qui nous replonge dans les affres de la Guerre Froide, avec comme détective le méchant le plus célèbre du 7e art, Gary Oldman, totalement méconnaissable. Sortie le 8 février 2012.

En plein guerre froide (1973), une opération des services secrets britanniques en Hongrie tourne à la catastrophe et mène à la mort de l’agent qu’ils avaient envoyé. A la suite de ce fiasco, le patron du MI6 (John Hurt) et son fidèle lieutenant, George Smiley (Gary Oldman) sont évincés. Mais à l’origine du désastre les pouvoirs politiques soupçonnent qu’il y a une taupe infiltrée par l’Union Soviétique. Ils réengagent de manière officieuse Smiley pour remonter la piste de la traîtrise. Secondé par le jeune agent Peter Guillam (Benedict Cumberbatch). Comme cartes en mains, Smiley a 5 suspects : ses anciens collègues au top de la hiérarchie et.. lui-même. Et du côté soviétique, l’ennemi serait le redoutable agent Karla.

Avec une intrigue tellement compliquée qu’elle sert de prétexte à une ambiance glauque sur plusieurs continent dans le droit fil des films sur la Guerre froide, images chiadées, comédiens parfaits, ambiance exclusivement masculine et flash backs en série pour ajouter quelques nœuds à un film de plus de deux heures, « La Taupe » vaut surtout pour la réinvention d’une tradition de film d’espionnage qu’elle propose. Gary oldman est d’une classe folle dans son rôle de très vieux monsieur britannique au service de la bonne cause.Nostalgique d’une époque révolue, où certains sentiments nationaux pouvaient être exacerbés, « La taupe » manque néanmoins de l’ironie mordante qui illuminait les inoubliables films de ce genre avec Michael Caine (Ipcress, danger immédiat, 1965, Mes funérailles à Berlin,1966,et Un cerveau d’un milliard de dollars,1967). En objet culturel, le film est cependant très intéressant puisqu’il semblait logique de poursuivre la nostalgie sixties qu’a suscitée Mad Men d’un obsession nouvelle pour le temps béni de la guerre froide où deux grands blocs orientaient les convictions…

La Taupe de Tomas Alfredson, d’après le roman de John Le Carré, avec Gary Oldman, Benedict Cumberbatch, Toby Jones, Tom Hardy, John Hurt, Colin Firth, Mark Strong, 2011, Grande-Bretagne, Allemagne, France, 2h07, Studio Canal, Sortie le 8 février 2012.

Infos pratiques

The Artist: Des spectateurs de Liverpool remboursés
Arthur Rimbaud et Oxmo Puccino réunis
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

3 thoughts on “La Taupe, le thriller neo-guerre froide du mois de février”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *