Cinema

La mobilisation pour Jafar Panahi continue

09 février 2011 | PAR Coline Crance

Le cinéaste Jafar Panahi condamné à de lourdes peines dans son pays, doit être fait Citoyen d’honneur de la ville de Paris dès qu’il pourra être en mesure de venir chercher son titre , a annoncé la Mairie de Paris. Les mobilisations se multiplient donc  au sein des membres politiques et du cinéma. A l’heure où le festival de Berlin s’ouvre une nouvelle fois sans ces deux cinéastes iraniens, pouvoir durcir et maintenir sur le long terme ces manifestations de soutien parait avoir un enjeu de taille.

 

La décision de faire Jafar Panahi  » citoyen d’honneur de la ville de Paris » a été votée mardi à l’unanimité par le Conseil de Paris à la suite d’une iniatiative prise par Jean François Lamour et du groupe UMP. Jafar Panahi condamné en décembre à 6 ans de prison et 20 ans d’interdiction de travailler en Iran, est  » le symbole de la résistance et du combat courageux du peuple iranien pour sa liberté d’expression  » rappelle la Ville de Paris.

Cette décision entre en écho avec la mobilisation des gens du cinéma organisée le vendredi 11 février devant la cinémathèque française de 12h30 à 14h30. Suite à la déclaration de Martin Scorsese le 22 décembre de « passer à l’action », Rafi Pitts, cinéaste iranien vivant en France et proche de Panahi et Rasoulov a appelé à un arrêt de travail de l’industrie cinématographique partout dans le monde, ce même 11 février lors de cette manifestation. (12h30 à 14h30 heure de Paris).

Le festival de Berlin qui s’ouvre demain soir, jeudi 10 février, organise le 11 février une journée entièrement dédiée aux deux cinéastes. Devant l’ampleur des mobilisations, Ahmadinejad avait fait savoir qu’il était contre la décision de justice prise à leur égard. Mais Jafar Panahi et Rasoulov qui ont fait appel, attendent toujours une nouvelle décision de justice.

Infos pratiques

Exit una storia personale : psychose et fraternité
Les noirs et blancs acérés de Marc Trivier à la MEP
Coline Crance

One thought on “La mobilisation pour Jafar Panahi continue”

Commentaire(s)

  • rachman

    Pour le soutien à Jafar Panahi et Mohammad Rasoulov, les deux cinéastes iraniens condamnés, une mobilisation est prévue ce vendredi 11 février de 12h30 à 14h30 devant la Cinémathèque française (51 rue de Bercy – 75012).

    Golshifteh Farahani et des personnalités françaises seront présentes pour lire le plaidoyer de Jafar Panahi.

    Soutiennent d’ores et déjà cette mobilisation, les personnalités suivantes
    Mathieu Amalric, Danielle Anezin, Solveig Anspach, Jean-Michel Arnold, Renato Berta, Catherine Bizern, Bertrand Bonello, Claudine Bories, Nicole Brenez, Valérie Cadet, Patrice Chagnard, Daniel Chabannes,Richard Copans, Arnaud des Pallières, Annie Ernaux, Tom Dercourt, Annie Ernaux, Pierre Gras, Denis Gheerbrant, Elise Girard, Romain Goupil, Cédric Kahn, Nicolas Klotz, Jean-Christophe Klotz, André S. Labarthe, Aïssa Maïga, Annie Maurette, Chiara Mastroianni, Marc’O, Valérie Mréjen, Bulle Ogier, Thomas Ordonneau, Elisabeth Perceval, Nicolas Philibert, Elie Poicard, Michelange Quay, Marie-Christine Quetesberg, Philippe Ramos, Claire Simon, Jean-Pierre Thorn, Marie-Claude Treilhou Agnès Wildenstein, etc.

    Martin Scorsese a déclaré le 22 décembre qu’il fallait passer à l’action. Une mobilisation de soutien et de protestation a été lancée dans ce sens. Rafi Pitts – cinéaste iranien vivant en France – proche de Panahi et Rasoulov, a appelé à un arrêt de travail de l’industrie cinématographique partout dans le monde, le 11 février entre 12H30 et 14H30 (heure de Paris).

    Cette date historique correspond au 32è anniversaire de la Révolution iranienne.

    Le Festival de Berlin a décidé de suivre cet appel du 11 février en organisant une journée pour Jafar Panahi et Mohammad Rasoulov. A l’annonce de cet événement berlinois, le Président Ahmadinejad a fait savoir qu’il était contre la décision de justice prise à leur égard. Depuis plus rien.

    Les deux cinéastes peuvent être emprisonnés à tout moment.

    Nous pensons qu’une mobilisation en France- pays des Droits de l’Homme et du Cinéma- est nécessaire pour interpeller les membres du pouvoir iranien et leur dire qu’en ce jour anniversaire, NOUS LES REGARDONS.
    Nous avons besoin que tous ceux qui font le cinéma, leurs organisations professionnelles et ceux qui s’insurgent contre ces sentences s’emparent de cette initiative et relayent ce message.

    Nous appelons à un rassemblement devant la Cinémathèque française, le 11 février à 12h30. Nous comptons sur vous pour en faire l’échos et vous joindre à cette mobilisation pour que Jafar Panahi et Mohammad Rasoulov retrouvent leur liberté.

    Ci-joint un texte de Philippe Azoury et la lettre de Rafi Pitts à Ahmadinejad.

    février 10, 2011 at 14 h 16 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *