Cinema

La Dame en noir : prochain film avec Daniel Radcliffe

La Dame en noir : prochain film avec Daniel Radcliffe

09 février 2012 | PAR Melanie Bonvard

Mardi 8 février, 18h30, le quartier de l’Opéra est envahi par une horde de personnes frigorifiées et plantées devant le cinéma Gaumont Capucines. Tous prennent leur mal en patience comme attendant le Messie. Le saint homme c’est Daniel Radcliffe. La Dame en noir est projeté en avant-première et présenté par l’acteur, au plus grand plaisir des admirateurs. Compte-rendu.

Tout le monde a conscience du phénomène Daniel Radcliffe. Tout le monde l’a vu grandir à travers la saga Harry Potter avec ses lunettes et ses joues bien rondes. Bref, tout le monde connait cette légende précoce. Mais ce n’est pas pour Harry Potter que Radcliffe se rend sur le tapis rouge ce mardi. L’acteur a bel et bien grandi. La saga finie, à 22 ans, le petit prodige compte bien faire ses preuves et se détacher de cette sangsue de petit sorcier binoclard. Après le scandaleux Equus à Londres et How to succeed in business without really trying à Broadway, le british le plus connu de sa génération change encore de genre et se lance dans le film d’horreur. La Dame en noir nous compte l’histoire d’un notaire se rendant dans le village de Crythin Gifford pour régler la succession d’une défunte dans la maison de cette dernière. La demeure va s’avérer habitée par d’étranges esprits. Et la silhouette d’une dame vêtue de noir arpente les pièces et alentours du domaine.

A première vue, on pourrait s’attendre à une sorte de dérivé de notre Harry Potter international. C’est là que le fan incontesté est dupé. La Dame en noir offre à Daniel Radcliffe le rôle d’un personnage mature, confronté à des démons véritablement effrayants. Loin de l’adolescent pré-pubère aux problèmes d’acné, l’acteur de toute une génération incarne un père célibataire et veuf. Méconnaissable et toujours époustouflant c’est un véritable tour de force que fait Radcliffe.

Le réalisateur James Watkins, quand à lui, serait susceptible de faire une œuvre bourrée de clichés. Tout y est : demeure abandonnée, personnes défuntes, drame et superstition. Mais ne vous méprenez pas, reprendre tout les « codes » du genre peut donner un cocktail jouissif. L’image et la lumière sont maîtrisés à la perfection donnant un effet de clair obscur qui met le spectateur en haleine. Le son et la musique n’arrangent rien à notre merveilleux malaise lorsque, au contraire, on a parfois ces moments de total silence qui nous tétanisent. Watkins a remporté le défi de parier sur la mise en scène pour obtenir l’effet recherché : effrayer.

La Dame en noir est vraisemblablement à voir aussi bien pour cette graine de talent de Daniel Radcliffe que pour sa mise en scène plus que convaincante. Si vous n’étiez pas présent à l’avant première, rattrapez-vous à la sortie le 14 mars 2012.

Infos pratiques

Ce soir le Ritz Bar fait la part belle à Crazy B pour un Dj set
Compagnie Mi-Octobre, Serge Ricci et Fabien Almakiewicz : Au bord de l’oubli & Là où rien du cœur ne se perd
Melanie Bonvard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *