Cinema
Georges Lautner, le réalisateur des « Tontons Flingueurs » est décédé à l’âge de 87 ans

Georges Lautner, le réalisateur des « Tontons Flingueurs » est décédé à l’âge de 87 ans

25 novembre 2013 | PAR Hugo Saadi

 

Le cinéaste Georges Lautner est décédé vendredi 22 novembre 2013 à l’âge de 87 ans des suites d’une longue maladie. Il laisse derrière lui une longue carrière de cinéaste et notamment Les Tontons flingueurs, son film le plus célèbre.

Georges Lautner est né à Nice le 24 janvier 1936 d’un père joaillier aviateur et d’une mère actrice. C’est cette dernière, Renée Saint-Cyr, qui va lui faire découvrir dès l’enfance l’univers des salles obscures. Il s’installe ensuite avec elle à Paris et devient dès 1950 le deuxième assistant de Sacha Guitry sur le film Le Trésor de Cantenac.

C’est en 1958 que sort son premier long métrage, La Môme aux boutons, qui passe complètement inaperçu, ainsi que Marche ou crève, l’année suivante. La carrière du réalisateur démarre véritablement en 1961 avec Le Monocle noir, qui connait un succès auprès du public. Il fait alors la rencontre d’Alain Poiré, directeur de la production chez Gaumont qui va lui proposer de tourner Les Tontons flingueurs, une adaptation du roman d’Albert Simonin.

Le troisième volet de la trilogie consacrée au truand Max le Menteur sera un énorme succès. On retrouve devant la caméra de Lautner de grands acteurs comme Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche ou encore Jean Lefebvre, qui ont rendu le film rapidement culte grâce à des répliques célèbres. Sorti le 27 novembre 1963 au cinéma, plus de 3,3 millions de spectateurs se sont déplacés en salles et le film a ensuite été diffusé 16 fois à la télévision !

La carrière du réalisateur est lancée, s’ensuivent de nombreux films qui connaîtront également un bon accueil du public : Les Barbouzes en 1964, La Grande Sauterelle en 1967 ou encore Le Pacha en 1968. George Lautner fait tourner les plus grands, de Mireille Darc à Jean Gabin en passant par Alain Delon, Jean-Pierre Marielle et Pierre Richard, multiplie les films et débusque les jeunes débutants tels que Gérard Lanvin ou Miou Miou. Enfin, il y a la rencontre avec Jean-Paul Belmondo en 1979 qui va donner suite à des succès publics nombreux : Flic ou voyou, Le Guignolo et Le Professionnel avec plus de 5 millions d’entrées. La fin de carrière du réalisateur sera marquée par quelques échecs commerciaux mais on retiendra notamment ses grands films, ses grands acteurs et ses grands dialogues. Il disparaît à l’âge de 87 ans à Paris des suites d’une longue maladie.

Visuel : © Les Tontons Flingueurs

Nouveau cycle « Des histoires sans fin » au Mamco de Genève
Gagnez 2 tee-shirt « Jack le Black »
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *