DVDs

Trois films pop cultes de Seijun Suzuki en version remastérisée

Trois films pop cultes de Seijun Suzuki en version remastérisée

26 janvier 2015 | PAR Sandra Bernard

Seijun Suzuki, réalisateur Japonais de renom (bien que longtemps oublié) voit plusieurs de ses films emblématiques réédités en version remastérisée DVD ou Blu-ray dans la collection Cinéma Master Class : La Marque du tueur, Détective bureau 2-3 et la jeunesse de la bête. De quoi sublimer les récits mêlant action, psychologie et une certaine approche de l’esthétique pour les faire découvrir ou redécouvrir aux amateurs de films de gangsters. 

Datant de 1963, Détective bureau 2-3 narre l’enquête sous couverture d’un détective charmeur  et un peu filou pour retrouver de la marchandise volée et démanteler plusieurs groupes criminels. Menée tambour battant, cette enquête riche en péripéties et en facéties, entièrement en couleur, est particulièrement flamboyante.

Tourné la même année, La jeunesse de la Bête n’est autre qu’une préquelle à Détective bureau 2-3. On y voit Jo, toujours aussi déjanté, charmeur, bad boy, se livrer à un jeu dangereux en infiltrant deux organisations mafieuses afin de démasquer l’assassin d’un de ses amis et, accessoirement, de démanteler ces dangereux réseaux yakuza.

Quelques années plus tard, en 1967, Suzuki franchit un nouveau cap avec La Marque du tueur. Goro Hanada est le n°3 d’une organisation criminelle spécialisée dans l’assassinat. Un jour, il est contacté par un ami et collègue pour l’aider à accomplir une mission d’escorte. Tout ne se passe pas comme prévu et, lorsqu’il rentre de mission, il fait la rencontre d’une étrange jeune femme qui lui confie un contrat. Celui-ci rate, et c’est le début d’une descente aux enfers pour le héros abandonné de tous, trahi, pourchassé, il sombre peu à peu dans la folie et sa rencontre avec le mystérieux n°1 n’arrange pas les choses. Entièrement tourné en noir et blanc, ce film propose une mise en scène condensée nécessitant une certaine attention. Ce film a valu une longue disgrâce au réalisateur et son éviction des studios japonais pour une dizaine d’années.

Ces trois films illustrent la manière dont Seijun Suzuki a su transcender les films de Yakuza en y insufflant un côté décalé et absurde, ainsi qu’une esthétique pop léchée presque kitsch. La violence y est grotesque, le (anti-)héros désinvolte, le rôle des femmes prépondérant. Sans compter la mise en scène audacieuse pour l’époque, l’on comprend que ce cinéma pop, mêlant action et psychologie dans le Japon des années 60, ait marqué les esprits.

Avec la présente édition, son et images remastérisés permettent de découvrir ou de redécouvrir les films comme à leur origine, avec un grain net et défini, aucune marque de poussière, une grande variété de nuances de gris ou de jolies couleurs, le tout sublimé par une édition DVD collector ou un coffret combo DVD + Blu-ray. L’on apprécie également les interviews de spécialistes permettant de mieux comprendre le travail du réalisateur et de recontextualiser la création des œuvres cinématographiques. Une jolie ressortie pour les amateurs de films japonais des années 1960.

Informations pratiques :

Détéctive Bureau 2-3

Réalisé par : Seijun SUZUKI
Interprètes : Jo SHISHIDO, Nobuo Kaneko, Tamio Kawaji, Yûko Kusunoki, Reiko Sasamori
Sortie : 1963, Durée : 99 mins

La Jeunesse de la bête

Réalisé par : Seijun SUZUKI
Interprètes : Jo SHISHIDO, Misako WATANABE, Tamio KAWAJI
Sortie : 1963, Durée : 91min

La Marque du tueur

Réalisé par : Seijun SUZUKI
Interprètes : JO SHISHIDO, KÔJI NANBARA, ANNU MARI, MARIKO OGAWA, ISAO TAMAGAWA
Sortie : 1967, Durée : 91min

Visuels : Jackets des coffrets

Grâce à Toute La Culture, gagnez vos places pour le film « Queen and Country » de John Boorman
Dans « Confidences, l’art du contrepied » par Arnaud Tsamère
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *