DVD-VOD
« Les Chiens », d’Alain Jessua

« Les Chiens », d’Alain Jessua

29 mars 2022 | PAR Mathieu Ash

Ressortie dans la collection Make My Day ! du film d’anticipation d’Alain Jessua, Les Chiens, un cinéaste français méconnu à redécouvrir.

Une bien jolie banlieue

En arrivant dans une ville nouvelle de la banlieue parisienne, Henri Ferret (Victor Lannoux) jeune médecin, ne s’attendait pas à soigner autant de patients pour des morsures canines. Assez rapidement, il découvre que la ville est en proie à une frénésie sécuritaire orchestrée par un éleveur de chiens de garde charismatique (Gérard Depardieu).

Un cinéaste singulier

Réalisateur français un peu oublié aujourd’hui, Alain Jessua a pourtant connu le succès durant les années 1970. Après une longue carrière d’assistant auprès de grands noms tels Max Ophüls, Marcel Carné, Yves Allégret et Jacques Becker, il sort La Vie à l’envers, premier film auto-produit en 1963, avec Charles Denner et Jean Yanne. Cette histoire d’un homme souhaitant en faire le moins possible jusqu’à disparaître est doublement primé aux festivals de Cannes et de Venise. Puis Jeu de massacre, prix du meilleur scénario à Cannes en 1967, avec Jean-Pierre Cassel et Michel Duchaussoy. En 1972, sort Traitement de choc avec Alain Delon et Annie Girardot, dont l’intrigue, tournant autour d’un centre de thalassothérapie, flirte avec le fantastique. Le film est un gros succès public et marque le début d’un style Jessua qu’on pourrait définir par une utilisation progressive de l’étrange distillant un sentiment de malaise.
Sorti en 1979, Les Chiens ne fait pas exception à la règle, traitant de la « gouroutisation » d’une banlieue bourgeoise, sur fond d’angoisse paranoïaque alimentée par la présence de noirs et de jeunes. Tourné à Torcy, en région parisienne, dans ce qui allait devenir Marne la Vallée, le film s’offre des décors incongrus et modernes dans cette banlieue qui venait de sortir de terre, renforçant le caractère inquiétant du film et tranchant avec le château du personnage de Gérard Depardieu, repère du centre de dressage canin et situé en forêt.
Victor Lannoux est parfait en médecin, spectateur de ces dérives fascistes, Nicole Calfan campe, elle, une ancienne victime cédant aux pulsions d’auto-défense ; quant à Gérard Depardieu, il livre une prestation habitée en notable cynophile.
Si les obsessions sécuritaires ici montrées semblent un peu légères quarante ans plus tard, la description de leurs mécanismes reste toujours aussi pertinente.

En bonus

Comme pour tous les titres Make My Day !, le film est accompagné d’une présentation d’une dizaine de minutes du directeur de la collection Jean-Baptiste Thoret, toujours passionnant, même quand il se trompe (non, Traitement de Choc ne se passe pas à la montagne).
On trouve également une longue interview, de presque une heure, de Philippe Rouyer (Postif, Mauvais Genres sur France Culture) qui revoit le film pour l’occasion, ainsi que deux interviews d’Alain Jessua et de Nicole Calfan datant d’une vingtaine d’années.

Les Chiens d’Alain Jessua, avec Victor Lannoux, Nicole Calfan, Gérard Depardieu, Pierre Vernier, Fanny Ardant. France 1979 100 minutes. Combo DVD/Blu-ray chez Studio Canal.

visuel (c) couverture du dvd

« La Lettre inachevée » de Mikhaïl Kalatozov
« Le Temps des secrets » : Christophe Barratier revisite Pagnol
Mathieu Ash

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture