Cinema

David Fincher adapte Jules Verne

03 avril 2013 | PAR Yohann Marchand

Sans cesse repoussée, faute d’un script titanesque au budget abyssal, la nouvelle adaptation de 20 000 lieues sous les mers se concrétise enfin grâce à une subvention australienne.

A force d’avantages fiscaux pour les productions étrangères, l’Australie attire de plus en plus Hollywood. Après avoir subventionné le second volet de Wolverine à hauteur de 12 millions de dollars, l’Etat a déboursé pas moins de 21,6 millions de dollars à la barre de Nemo. Un lourd investissement qui permettra la création de 2000 emplois et de faire travailler plus de 1000 entreprises locales sur cette arlésienne maritime. Car sur papier l’association Disney – Fincher a longtemps ressemblée à une blague.

 Même si le réalisateur a tutoyé les oscars avec L’étrange histoire de Benjamin Button, Fincher véhicule plus l’image d’un artiste indépendant qui évolue dans un univers glauque (Se7en), malsain (Zodiac) et violent (Fight Club). 3 adjectifs aux antipodes de l’esprit familial si cher à Disney. Avec cette opération financière made in Kangourous, Mickey semble donc limiter la casse au cas où ce remake maudit prenne l’eau au box-office.

Un monstrueux blockbuster qui remettra au goût du jour les aventures de Ned Land, redoutable chasseur des mers, confronté au légendaire Nautilus. Un étrange sous-marin imaginé par le mystérieux Capitaine Nemo… Bien que la production se soit accélérée, aucun casting n’a été avancé ni de date de sortie. Seul détail qui confirme la main mise de Fincher sur le projet, la participation  d’Andrew Kevin Walker au script. Un proche du réalisateur, connu pour avoir été l’auteur du non moins respectable Se7en.


Après les incontournables versions de Georges Méliès (1907) et de Richard Fleischer (1954), le capitaine Fincher s’en va en mer avec une adaptation à 20 000 lieues de l’oeuvre de Jules Verne, mais qui s’annonce déjà culte !

Un nouvel album live pour les Justice
Les dix vernissages de la semaine du 3 avril 2013
Yohann Marchand

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *