Cinema

[Critique] « Nous trois ou rien » : Kheiron fait l’attachant portrait de ses propres parents

[Critique] « Nous trois ou rien » : Kheiron fait l’attachant portrait de ses propres parents

21 octobre 2015 | PAR Matthias Turcaud

D’un petit village du sud de l’Iran aux cités parisiennes, Kheiron nous raconte l’odyssée vécue par ses propres parents, avec beaucoup de tendresse mais aussi beaucoup d’humour.

[rating=3]

Dans le sillage du Persepolis de Marjane Satrapi, l’humoriste et comédien de stand-up Kheiron signe avec Nous trois ou rien une chronique autobiographique aux allures de fable et de feel-good-movie.

Sur le papier Nous trois ou rien, en semblant s’apparenter à un grand mélodrame lacrymal, peut faire fuir. Mais ce qui lui permet de contre-balancer la gravité de son sujet et d’apporter un bol plus que bienvenu d’air frais, c’est la mise à distance par l’humour et les nombreuses saillies comiques du film. En plus de vannes quasi omniprésentes peu importe le contexte, c’est l’apparition de maintes trognes familières associées à la comédie – d’Alexandre Astier en Shah débile et méchant à Gérard Darmon et Zabou Breitman en parents de Fereshteh en passant par Kyan Khojandi de « Bref » en prisonnier iranien ou Arsène Mosca en gardien de prison – qui crée un joyeux esprit de connivence avec le spectateur et permet d’alléger des thèmes en soi assez lourds comme la dictature iranienne, ou l’immigration.

Nous trois ou rien comporte certes des maladresses, mais c’est surtout son opportun vent de fraîcheur et son humour salvateur qu’on aimerait saluer ici.

Crédit photos : Adama Pictures – Gaumont.

Pour voir notre interview de Kheiron et son actrice Leïla Bekhti, ici.

Nous trois ou rien, de et avec Kheiron, France, durée : 1h42, date de sortie : le 4 novembre 2015.

Kev Adams roi du box-office France avec 1,5 million d’entrées pour Les nouvelles aventures d’Aladin
« La nuit du bûcher » de Sándor Márai : l’Inquisition auscultée
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *