Cinema

Critique de Tetro : Coppola, metteur en scène d’exception

22 décembre 2009 | PAR Gilles Herail

Attendu dans les salles françaises en décembre, Tetro confirme le retour de Coppola parmi les réalisateurs qui comptent. Tourné dans un noir et blanc renversant, son nouveau métrage émerveille : compte rendu d’un grand moment de cinéma.

tetro-1Autant le dire tout de suite, l’histoire de Tetro ne brille pas par son originalité. Bennie, 18 ans, profite d’une escale en Argentine pour renouer contact avec Angelo, son frère qui a rompu tous liens avec sa famille depuis l’accident de sa mère. Ecrivain refoulé, Angelo a refait sa vie en Argentine dans un cercle d’artistes où il se fait nommer Tetro, loin de l’ombre étouffante de la célébrité de son père. Vous l’aurez compris, les liens familiaux sont donc au cœur d’un scénario qui amène d’ailleurs avec assez peu de finesse une « révélation » qui va bouleverser ces retrouvailles difficiles.

La richesse de Tetro vient surtout du traitement de cette histoire et de l’onirisme qu’apporte un noir et blanc dont la présence est loin d’être un simple gadget arty. L’ambiance argentine, les artistes du théâtre, et la naïveté de Bennie apportent une fraicheur nécessaire et bienvenue à la première moitié du film. En crescendo, le drame alors prend petit à petit sa place dans cette histoire légère jusqu’à un final tourbillonnant qui emporte littéralement le spectateur.

tetro-21Grâce à un montage astucieux intercalant quelques extraits d’opéra en parallèle au récit, et à une musique parfaite, Coppola réussit à donner un souffle inattendu à son histoire sans (presque) jamais tomber dans la démonstration pompeuse. Avec un soin tout particulier à la photo et la lumière, les scènes finales se révèlent ainsi d’une beauté à couper le souffle et contribuent grandement à l’émotion suscitée.

Sur des thèmes très personnels, Coppola a construit un film visuellement irréprochable où il démontre l’étendue de son talent. Il faut donc, pour apprécier pleinement son nouveau long métrage, se laisser faire et entrer dans cet univers où chaque plan étonne et ravit. Un peu grandiloquent, beaucoup trop léché, mais diablement envoutant.


Plus d’infos sur ce film

Marion Cotillard : nouvelle petite fiancée de l’Amérique ?
Sylvie Testud
Gilles Herail

3 thoughts on “Critique de Tetro : Coppola, metteur en scène d’exception”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *