Cinema
Comment tuer son boss : la comédie américaine se la joue lutte des classes ?

Comment tuer son boss : la comédie américaine se la joue lutte des classes ?

20 août 2011 | PAR Gilles Herail

Dernière des comédies américaines à succès de l’été à sortir sur nos écrans, Horribles Bosses déçoit en sous exploitant une thématique en or. La critique d’une comédie plus réussie que la moyenne mais manquant de bonne humeur.

Synopsis officiel : Pour Nick, Kurt et Dale, la seule chose qui pourrait rendre le travail quotidien plus tolérable serait de réduire en poussière leurs intolérables patrons. Démissionner étant exclu, les trois copains échafaudent, avec l’aide de quelques verres de trop et les conseils douteux d’un ancien détenu, un plan quelque peu alambiqué, mais infaillible, pour se débarrasser de leurs employeurs respectifs… définitivement. Il n’y a qu’un problème : les plans les plus infaillibles ne le sont qu’autant que les cerveaux qui les ont conçus le sont.

Suite et fin de notre série consacrée à l’humour populaire américain avec Horrible Bosses, dernière succès en date de la comédie américaine new age. Le pitch est d’une efficacité redoutable. Trois collègues lambda veulent assassiner leurs hystériques de patrons : le psycho, le blaireau, la nympho. La formule brille sur l’affiche et accroche. Le film un peu moins. Les trois seconds rôles caricaturaux à souhait sont un vrai délice. Kevin Spacey reprend avec bonheur son rôle habituel de psychopathe en puissance et Colin Farrell est répugnant à souhait en fils à papa coké. Mais c’est surtout Jennifer Aniston qui dévoile des talents comiques inattendus. Son personnage de nymphomane maladive prête à tout pour assouvir ses désirs pervers s’attribue les meilleures répliques, dans un langage très largement fleuri !

A côté de ces vrais personnages de comédie, les supposés héros semblent bien trop lisses pour sortir la tête hors de l’eau. Leurs conversations et les péripéties accumulées lorgnent vers un very bad trip un peu mollasson  où les vannes fusent entre les trois compères sans réellement impliquer le spectateur. Les bons mots font souvent mouche mais l’aspect sketch et stand up de l’ensemble lasse au bout d’une heure. Malgré tout plutôt drôle, Horrible Bosses n’est jamais réellement sympathique, la faute à des personnages principaux pas assez attachants et un manque de premier degré dans le déroulé de l’histoire. Une légère déception.

Retrouvez ICI notre dossier sur les comédies américaines que l’on n’a pas l’habitude de voir en France.

Une comédie américaine de Seth Gordon avec Jason Bateman, Charlie Day, Jason Sudeikis, Jennifer Aniston, Kevin Spacey, Colin Farrell et Jamie Foxx, durée 1h38, sortie en France le 17 aout 2011

Coco Chanel serait une espionne nazie selon sa nouvelle Biographie
Le Grand Ramdam, la fête populaire du 27 août vous invite à voyager au Maghreb en direct de la Villette
Gilles Herail

One thought on “Comment tuer son boss : la comédie américaine se la joue lutte des classes ?”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *