Cinema
Cannes, jour 3 : Garrone déçoit, Dolan irrite et Mungiu spiritualise Cosette

Cannes, jour 3 : Garrone déçoit, Dolan irrite et Mungiu spiritualise Cosette

19 mai 2012 | PAR Yaël Hirsch

Jours pluvieux sur la Croisette, et dès que les nuages arrivent, les adorables cannois deviennent soudain moins accortes. Il est vrai que sortir du très médiocre « Reality » de Matteo Garrone (voir notre critique) pour rejoindre le village international sous une pluie battante n’est pas ce qu’il y a de plus agréable, surtout quand à la conférence de presse, le souriant réalisateur de Gomorrah nous a donné envie de soleil fellinien…

 

Matteo Garrone

Malgré la pluie, le verre prévu sur la plage de la maison des cinémas du monde pour lancer sa programmation pléthorique, était très réussi. Le pavillon avait été inauguré dans la matinée par ses parrains, Maria de Medeiros et Elia Suleiman. Son objectif, est, comme son nom l’indique, d’offrir une plateforme de travail aux équipes collaborant aux cinémas du monde

A 13h15, nous sommes partis à l’assaut du film fleuve du jeune prodige canadien, Xavier Dolan. Plus de 2h40 et un certain nombre d’effets stylisés plus tard, « Laurence anyways » laisse un sentiment étrange et assommant dans les yeux : malgré la multiplication des scènes d’amour et d’hystérie et le soin minutieux apporté aux détails des tenues du couple Melvil Poupaud / Suzanne Clément, et malgré le sympathique vocabulaire fleuri venu du Quebec, la maestria démonstrative de Dolan tombe à plat, car Poupaud est bien trop à l’aise dans son corps d’homme pour nous convaincre qu’il en souffre et qu’il  veut souhaite changer de sexe.

16h est l’heure de l’apaisement, à la salle du 60ème anniversaire où le Lauréat de la Palme 2010, le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul est venu présenter avec sourire et en quelques mots son mystérieux objet : le film est sur l’eau et les gens en mouvements. Si l’eau va de l’avant, les souvenirs font de même.

Côté ciné, la journée s’est clôturée en profondeur, avec un long métrage-fleuve d’un autre lauréat d’une palme d’or en 2007, Cristian Mungiu, qui s’est éloigné de l’humour de ses contes de l’âge d’or pour renouer avec son réalisme bleuté dans « Au-delà des collines ». Un film intransigeant, perché comme un Tarkovski, sans le caractère onirique qu’offre le réalisateur russe dans ses films les plus fervents. Cette Histoire de deux orphelines dont l’une trouve Dieu dans un austère couvent et l’autre vaudrait faire fortune en Allemagne distille une violence sourde. La religion selon Mungiu, même portée par des sentiments élevés, est un obscurantisme qui repousse l’esprit aux bords de la misère et de la folie. Un superbe film, pour l’instant notre favori. Critique, ici.

 

soirée Berlvédère au VIP

Le carnet de bal des films bien rempli, il était temps de passer à la danse, et c’est la vodka Belvedere qui nous a donné l’occasion de nous déhancher au VIP ultra-plein dans l’attente du concert de Cindy Lauper. La marque de spiritueux avait prévu une sortie groupée pour quelques noctambules graphomanes dont nous avons fait partie. Première partie de soirée sur la rose et électrique Baoli Beach, où l’on s’est payé le luxe de danser sur la BO de Rouille et d’os (!), puis ouverture d’un souterrain top secret entre le Baoli et la boîte de Jean Roch où des magnums impressionnants nous attendaient dans le carré VIP. L’occasion de siroter la fête cannoise en majuscules… Pour tout ce qui est restaurants et sorties, nous publierons en début de semaine prochaine un petit carnet de nos adresses les plus réussies !

photos : (c) Yaël Hirsch

La 4e édition du festival Crossover de Nice a lieu du 26 mai au 3 juin 2012
Au-delà des Collines, Cristian Mungiu peint avec rigueur les misères de la foi
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

2 thoughts on “Cannes, jour 3 : Garrone déçoit, Dolan irrite et Mungiu spiritualise Cosette”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture