Cinema
BERLINALE : « Siberia » : Instrospection aux bouts du monde et de la vie

BERLINALE : « Siberia » : Instrospection aux bouts du monde et de la vie

25 février 2020 | PAR Samuel Petit

Le cinéaste new-yorkais Abel Ferrara revient avec son acteur phare, Willem Dafoe, et propose un film dont l’originalité sur le plan narratif ou tout simplement cinématographique tranche largement avec le reste de ce qui a été présenté jusqu’ici en compétition officielle. La violence du film n’a pas laissé le public indifférent qui semblait comme subitement réveillé après quatre jours de compétition ronflante et manifester son étonnement avec grand bruit dans la salle projection.

Résumer le scénario peut apparaître comme une entreprise bien ambitieuse tant ce dernier est nébuleux. La clef est donnée par le personnage du magicien, interprété par le formidable Simon McBurney, quand l’homme en quête de sens joué par Willem Dafoe lui demande son aide : « Il faut se défaire de sa raison ».  Le film peut être vu comme une relecture mystique de l’adage selon lequel au moment de mourir, on revoit défiler sa vie sous ses propres yeux. Ici, rien n’indique certes que le protagoniste prénommé Clint soit sur le point de mourir, mais il ne fait aucun doute que cet homme brisé, replié sur lui-même et retranché dans un modeste chalet de montagne en retrait de la civilisation entreprend malgré lui un voyage introspectif d’une extrême violence.

Ainsi, le film démarre sur un long monologue introductif dans lequel on entend Clint se remémorer ses séjours quand il était enfant dans les grands espaces vides du Canada. À part ceci, aucune véritable mention de lieu ne sera donnée au spectateur. Il ne reste que ce titre, Siberia. On ne saurait dire si un des nombreux déserts de neige ou de sable, de forêts ou de steppes, que l’homme traverse avec ses chiens de traîneau se situe véritablement là-bas. On peut en douter et plutôt convenir que la Sibérie est un espace mental, une surface de projections pour parler de tout ce qui a fait cet homme : ses relations avec ses parents décédés, sa vie de famille ratée, ses fantasmes de coucher avec toutes sortes de femmes, son obsession pathologique face à l’univers concentrationnaire ou encore sa joie enfantine à danser sur « Runaway » de Del Shannon.

C’est parce qu’Abel Ferrara n’a pas peur du ridicule qu’il peut se permettre de représenter à l’écran avec autant de réussite le mystique inhérent à l’existence de tout un chacun. Cela passe par des dialogues mystérieux dans de nombreuses langues inconnues qu’on ne cherche pas à traduire, de se permettre des respirations syntaxiques d’une très grande beauté, de sauter d’une idée folle à une autre encore plus par la magie du montage ou tout simplement de la mise en scène. On oublie tout de l’acteur et même du personnage pour ne plus voir que cette âme triste au bord de l’abyme : à la recherche de sens, en proie à ses sentiments et regrets, guidé par sa sexualité et pourchassé par ses angoisses. Le film présente un tableau très noir de la vie, et sans doute – faudrait-il dire malheureusement ? – si juste.

Visuel: Siberia

« La femme sans ombre » de Strauss s’interroge sur l’humanité de la femme
« Brooklyn secret », une plongée intime et forte dans la vie d’une aide à domicile philippine
Samuel Petit

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *