A l'affiche
« Madame » de Stéphane Riethauser, entre dialogue intime et réflexion sur le genre

« Madame » de Stéphane Riethauser, entre dialogue intime et réflexion sur le genre

26 août 2020 | PAR Lou Baudillon

Vu au Arcs Film Festival, Madame est un documentaire de Stéphane Riethauser, un dialogue entre une grand-mère et son petit-fils par l’intermédiaire d’un flot incessant d’images d’archive personnelles et de réflexions sur le genre, la famille, la différence, la vie… En salle aujourd’hui.

 

Stéphane Riethauser est enseignant, activiste gay, photographe, journaliste, auteur et aussi réalisateur. Madame, son 5ème film, est à la fois une réflexion documentaire sur l’identité de genre en même temps que d’être un plongeon dans son propre passé, dans le parcours qui l’a amené à se construire et dans sa relation spéciale avec sa grand-mère, Caroline. Caroline, elle, est une fille d’immigrés italiens échappée d’un mariage arrangé devenue une importante femme d’affaire dans le monde exclusivement masculin des années 1920. Le film est un dialogue indirect et intergénérationnel entre deux individus d’une même famille, aux destins si différents qui pourtant se font tendrement écho. Une mise en parallèle à la fois réel et imaginaire de leurs vies, des attentes et des contraintes qui les dictent, de leurs jeunesses, de leurs aspirations. 

En miroir de cette narration de vie de femme émancipée dans le début du XXème siècle et des difficultés qui lui sont liées, le réalisateur expose ses propres doutes identitaires qu’il a nourrit toute sa vie. Né dans une famille bourgeoise dans les années 1970, Stéphane a grandit dans un climat où les stéréotypes liés au genre sont étouffants. Formaté hétérosexuel, supposément viril et machiste, il a été peu conscient de sa position privilégiée jusqu’à ce qu’il réalise son homosexualité. Le réalisateur se livre à sa grand-mère par le biais de la parole et des images, joue d’un va et viens entre narration de son histoire familiale et interprétations personnelles. Celle-ci lui répond, par le son de voix enregistrée lors de prises vidéos, toute en intelligence et humour et créer ainsi un lien intime entre deux êtres, une double auto-biographie soudée par l’amour et la quête de la liberté. Sur fond de saga familiale, Madame dresse le portrait d’un monde patriarcal d’apparence hostile à la différence. Le film remet en question ce monde, sublime l’anecdotique, interroge les identités et leur transmission pour proposer un au-delà, un espoir d’être enfin soi. 

Visuels : ©Outplay Films  

L’« inversion intégrale » d’« Irréversible » de Gaspar Noé: Le temps révèle tout
« Dans un jardin qu’on dirait éternel » : Tatsushi Omori livre une douce parenthèse de sérénité ancestrale
Lou Baudillon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *