A l'affiche
L’agenda cinéma de la semaine du 22 juillet

L’agenda cinéma de la semaine du 22 juillet

22 juillet 2020 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Cette semaine dans les salles, du cinéma espagnol, des comédies et des thrillers, ou retrouvez le cinéma de plein air à La Villette !

 

Madre de Rodrigo Sorogoyen 

Dix ans après la disparition de son fils sur une plage basque, Elena vit et travaille sur les lieux du drame sans arriver à faire de son deuil, jusqu’au jour où elle rencontre un adolescent qui lui rappelle son fils disparu. Après Que dios nos perdone et El Reino, le réalisateur espagnol Rodrigo Sorogoyen est à nouveau sur nos écrans avec un film plus intimiste. Suite du court métrage éponyme, sélectionné aux Oscars en 2017, il fait le portrait d’une mère meurtrie qui cherche à avancer. 

Toute La Culture s’est entretenu avec Rodrigo Sorogoyen, lisez l’interview

 

Né à Jérusalem (et toujours vivant) de Yossi Atia et David Ofek 

Pour leur premier long métrage, Yossia Atia et David Ofek nous plongent avec justesse et humour dans les obsessions de Ronen, qui propose aux touristes de Jérusalem une visite de la rue Jaffa à travers le prisme des attentats. Né à Jérusalem (et toujours vivant) joue sur une inéluctable monétisation du patrimoine historique d’une ville touristique, fût-il sanglant. 

Lisez la critique de Né à Jérusalem (et toujours vivant) par Toute La Culture

 

The King of Staten Island de Judd Apatow

Depuis le décès de son père pompier dans une intervention, Scott est resté un éternel adolescent, tourmenté et fainéant, dont le seul projet est d’ouvrir un restaurant couplé d’un salon de tatouage, alors qu’il n’est pas vraiment doué pour le dessin. Alors que sa soeur Claire, sociable et bonne élève, part étudier à l’université, Scott vit toujours au crochet de sa mère infirmière, Margie, qui lui présente son nouveau compagnon : un pompier. L’information fait l’effet du bombe pour Scott qui se retrouve face à ses responsabilités et à son deuil. 

 

Tiempo Después de José Luis Cuerda

Dernier film du réalisateur espagnol décédé en février 2020, Tiempo Después dépeint un futur caricatural dans une comédie politique « entre Wes Anderson et les Monty Python » dans laquelle il y aurait d’un coté des nantis, à l’abris dans un unique bâtiment qui leur est réservé, et de l’autre, des banlieues crasseuses où les chômeurs sont relégués. Parmi les pauvres et les oubliés, ressassant les luttes passées de la gauche disparue, un vendeur de limonade vient perturber l’ordre établi en affirmant pouvoir vendre sa boisson citronnée aux riches, il n’en fallait pas plus pour déclencher une guerre…  

 

Lands of Murder de Christian Alvart

Dans une région reculée de l’Allemagne tout juste réunifiée, deux inspecteurs enquêtent sur la disparition inquiétante de deux adolescentes. L’un a des méthodes modernes d’investigation, tandis que l’autre n’hésite pas à user de pratiques moins orthodoxes. Leur recherche les met sur la piste d’une affaire de bien plus grande envergure. Au cœur d’un climat post-RDA sous tension, ils vont devoir mettre de côté leurs divergences pour faire avancer l’enquête.

 

MAIS AUSSI… 

Cinéma en plein air à La Villette 

Le cinéma de plein air de La Villette ouvre aujourd’hui avec une sélection spéciale pour retrouver le goût des grands espace. Vous pourrez aller y voir des films avec 25 soirées au grand air, jusqu’au 24 aout, sur réservation. Au programme cette semaine : Le Grand Bain de Gilles Lellouche (2018), Easy Rider de Denis Hopper (1969), Mad Max : Fury Road de George Miller (2015) ou encore Kirikou et les Bêtes sauvages de Michel Ocelot et Bénédicte Galup (2005). Retrouvez l’agenda complet sur le site de La Villette

 

Louis de Funès à la Cinémathèque 

La Cinémathèque a rouvert ses portes la semaine dernière avec une exposition très attendue sur Louis de Funès, qui expose plus de 300 pièces autour de son métier d’acteur. Un retrospective est aussi organisée avec tous les classiques de l’acteur à voir sur grand écran. Retrouvez la programmation complète sur le site de la Cinémathèque

 

Visuel : © Affiche The King of Staten Island

« Né à Jérusalem (et toujours vivant) » : un premier long-métrage entre amours et attentats
Bob Dylan « Rough and Rowdy Ways » : son 39eme album a l’ivresse des très hauts sommets !
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *