A l'affiche
[Critique] « Strictly Criminal » : Johnny Depp captivant psychopathe dans un film de gangster bien mené

[Critique] « Strictly Criminal » : Johnny Depp captivant psychopathe dans un film de gangster bien mené

29 novembre 2015 | PAR Gilles Herail

Black Mass est la première occasion depuis (très) longtemps de retrouver Johnny Depp dans un rôle à sa hauteur. Scott Cooper nous offre un polar bostonien bien mené quoiqu’un peu classique, qui vaut surtout pour la performance glaçante et fascinante de son acteur principal.

[rating=3]

Extrait du synopsis officiel : le quartier de South Boston dans les années 70. L’agent du FBI John Connolly convainc le caïd irlandais James « Whitey » Bulger de collaborer avec l’agence fédérale afin d’éliminer un ennemi commun : la mafia italienne.

James « Whitey » Bulger fait partie des gangsters américains de « légende », un criminel sans foi ni loi qui terrorisa Boston pendant plusieurs décennies. Jouant de ses relations avec le FBI et son frère sénateur pour assurer son impunité et éliminer la concurrence de la mafia italienne. Strictly Criminal nous raconte le règne d’un homme passant du statut de petite frappe locale à celui de maître incontesté de la ville. Boston, sa communauté irlandaise et son grand banditisme ont régulièrement inspiré Hollywood, chez Scorsese (Les Infiltrés) ou Ben Affleck (The Town) récemment. Black Mass n’atteint peut-être pas le niveau d’intensité de ses modèles mais se défend plutôt bien, avec une mise-en-scène efficace, un rythme tendu et un scénario bien pensé. Car l’histoire de Bulger recèle quelques ingrédients de pur cinéma. Un élément de Frankestein, dans ce monstre que le FBI a laissé se créer, aveuglé par son statut d’informateur et par l’obsession de démanteler la mafia italienne. Une créature qui devient rapidement hors de contrôle et va imposer la terreur localement.

Car notre gangster n’est pas réellement attiré par l’argent, le pouvoir, les femmes et le luxe. C’est avant tout un psychopathe inquiétant, qui n’hésite pas à se salir les mains et prend même un certain plaisir à exécuter lui même ses basses missions. Johnny Depp se saisit parfaitement du caractère glaçant de ce personnage qui peut à tout moment partir en vrille. Qui tue sans émotions ni remords et relève parfois plus du serial-killer que du grand bandit. L’acteur est une nouvelle fois grimé et maquillé mais revient à une forme de sobriété qu’il avait délaissée depuis une éternité. Tour à tour glacial, menaçant, singulièrement attachant dans une forme de naïveté, le jeu de Depp dessine un caractère fascinant. Qui se rapproche plus du Joker d’Heath Leadger que du Parrain. Un monstre flippant, totalement imprévisible, qui passe en un quart de seconde de la confiance à la paranoia, du calme au déchainement de violence. Strictly Criminal mérite donc sa bonne réputation, pourrait donner une nomination aux Oscars plutôt méritée à son interprète principal. Et offrir un bon moment aux amateurs du genre.

Gilles Hérail

Strictly Criminal, un thriller de Scott Cooper avec Johnny Depp, durée 2h03, sortie le 25 novembre 2015

Visuels : © photos officielles et affiches officielles des films
« L’oiseau bleu » nouveau recueil de Takashi Murakami chez Ki-oon
Gagnez 3×2 places pour le concert d’In The Canopy & de Jay-Jay Johanson à La Clef St-Germain le 10 décembre
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *