A l'affiche
[Critiqué] réédition de « Dommage que tu sois une canaille » avec Sophia Loren et Marcello Mastroianni

[Critiqué] réédition de « Dommage que tu sois une canaille » avec Sophia Loren et Marcello Mastroianni

19 juillet 2014 | PAR Yaël Hirsch

Première rencontre cinématographique entre les deux acteurs mythiques de l’âge d’or du cinéma italien, Sophia Loren et Marcello Mastroianni, Dommage que tu sois une canaille est sorti le 9 juillet en copie restaurée au Champo et au Nouveau latina. Une raison légère et légitime de fuir chaleur ou pluie pour rejoindre les bancs des salles obscures.

[rating=4]

Très sérieux chauffeur de taxi romain, Paolo (Marcello Mastroianni) voit une nuée de problèmes s’abattre sur lui quand des enfants tentent de lui voler sa voiture. Derrière eux : la troublante et vive Lina (Sophia Loren). Or, plus il est amené à croiser Lina, plus Paolo réalise qu’absolument toute sa famille pratique le vol comme elle respire. Tomber amoureux d’une « canaille », même quand elle est aussi sexy que Sophia Loren, ce n’est pas de tout repos…

Rythme enlevé, comédiens formidables (avec un grand bonus pour la performance de Vittorio de Sica en Arsène Lupin romain), l’intrigue cousue de fil blanc n’enlève rien à son charme à cette comédie aussi fraîche que charmante. Un charme qui n’est pas si nostalgique que cela, puisque le personnage très libre de Lina est bien plus vif que son amoureux un peu benêt qu »elle prend un malin plaisir à embrouiller par des raisonnements sophistiqués. En plus d’être belle, tenez-vous bien! la canaille est supérieurement intelligente. Délicieux…

Dommage que tu sois une canaille, d’Alessandro Blasetti, avec Vittorio de Sica, Sophia Loren et Marcello Mastroianni, Italie, 1935, 1h35, Acacias films. Copie restaurée sortie le 9 juillet 2014.

visuel : photo officielle du film

[Live-report] Arthur H et Emily Loizeau, deux concerts intimes et troublants au cœur de FNAC live
[Avignon Off] Tant’amati d’Erika Zueneli : misères et splendeurs du rapport conjugal
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “[Critiqué] réédition de « Dommage que tu sois une canaille » avec Sophia Loren et Marcello Mastroianni”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture