Danse

[Avignon Off] Tant’amati d’Erika Zueneli : misères et splendeurs du rapport conjugal

[Avignon Off] Tant’amati d’Erika Zueneli : misères et splendeurs du rapport conjugal

19 juillet 2014 | PAR Camille Lucile Clerchon

Trois pièces de la chorégraphe Erika Zueneli sont présentées en alternance à la Condition des Soies dans le cadre des «Matins de la danse». Les jours pairs, on découvre Tant’amati, un duo d’Erika Zueneli et Sébastien Jacobs sur l’absurdité du rapport amoureux.



Dans un univers domestique minimaliste évoluent deux figures, l’une féminine et l’autre masculine. A s’asseoir à la même table, à se réveiller au glouglou de la même bouilloire, à s’alanguir sur le même sofa, on en finit par se ressembler, même coiffure, même détermination dans les trajectoires d’une pièce à une autre.
Tant’amati traite de cette conjugalité qui délave les âmes, les corps et les existences jusqu’à l’aliénation, dans une répétitivité qui est traitée avec une très grande finesse. Au sein des gestes et des déplacements routiniers se révèle une riche palette d’états et d’interactions, celle d’une relation dont les modalités se reconfigurent quotidiennement et à l’infini.
Si les affres de la vie conjugale ont inspiré nombre de créations, la proposition d’Erika Zueneli possède une subtilité certaine tandis qu’elle lorgne tant vers la décrépitude de l’être que vers le crime passionnel, tout en gardant obstinément le rythme régulier des jours sans histoire. L’insipidité tendue des jours creux finit par trouver saveur : la petite danse du quotidien s’habille de folie, de violence et… d’amour fou,
Entre la table et les deux chaises, le frigo, l’évier et le sofa, un tourne disque fonctionne en continu : une bande son composée notamment à partir de l’album Comme à la Radio où la voix de Brigitte Fontaine semble venir se poser, pertinente et décalée sur une partition chorégraphique d’une précision remarquable, où la tension entre l’individuel et le relationnel fait émerger la chorégraphie intime de ceux qui se sont tant aimés.

Dans le cadre du programme chorégraphique consacré à Erika Zueneli à la Condition des Soies : Tant’amati est présenté les 20 et 22 juillet à 10h à la Condition des Soies Incontri et Daybreak, deux formes courtes de 20 minutes sont présentées les 19, 21 et 23 juillet à 10h

Crédit photo : Guillaume Deman

Retrouvez le Dossier Festival d’Avignon 2014 de la rédaction.

Infos pratiques

Théâtre des Halles
l’Hybride
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *