A l'affiche
[Critique] « Maintenant ou jamais »: Leila Bekhti rayonne dans un polar social inégal

[Critique] « Maintenant ou jamais »: Leila Bekhti rayonne dans un polar social inégal

06 septembre 2014 | PAR Gilles Herail

Sous la caméra de Serge Frydman, scénariste de La Fille sur le Pont, Leila Bekhti est éblouissante dans le rôle mystérieux d’une femme prête à tout pour sauver la face. Elle est le principal atout d’un film inégal, qui manque parfois de crédibilité malgré une vraie sensibilité.

[rating=2]

Synopsis officiel: Quand on est une mère de famille, en principe, on ne braque pas les banques. Mais par les temps qui courent, ça peut être une solution pour assurer l’avenir de son foyer, et ne pas renoncer à ses rêves. Même si jouer les voleuses peut vite devenir dangereux, et les mauvaises rencontres se transformer en histoire d’amour…

D’abord connu pour son scénario de La Fille sur le Pont, Serge Frydman était passé derrière la caméra pour Mon Ange, premier film imparfait mais pas dénué d’émotions. Vanessa Paradis y incarnait une prostituée paumée se retrouvant avec un jeune adolescent sur les bras (Vincent Rottiers), déambulant dans la rue et sur les routes pour former un duo improbable. On retrouve dans Maintenant ou jamais cette même atmosphère. Une forme de réalisme poétique utilisant le social en toile de fond pour mieux embarquer le spectateur dans une histoire romantique et naïve, empreinte d’une grande tristesse. Le deuxième film de Serge Frydman mélange lui le polar, le drame social et la romance passionnelle, parfois au détriment de la crédibilité.

On ne croit que par instants à ce braquage, ce voyou au grand cœur, ce mari dont on ne comprend pas les réactions. Malgré une vraie volonté d’imprimer une marque et un style, le film se cherche et les incohérences l’empêchent de décoller. Et pourtant, Leila Bekhti rayonne, nous faisant parfois oublier les faiblesses du script. L’actrice, très investie, explore des facettes nouvelles de son jeu et tient parfaitement son rôle. Grâce à son intensité, le spectateur s’attache à cette femme d’apparence simple, cachant une vraie fragilité mais aussi une certaine forme de folie, prête à tout pour maintenir sa famille à flot. La rage contenue du personnage, à qui l’on a beaucoup promis et qui voit son rêve s’écrouler, émeut. Serge Frydman n’a toujours pas réussi son grand film mais avec un véritable univers et un regard très juste sur les personnages féminins, on attendra le prochain avec impatience.

Gilles Hérail

Maintenant ou jamais, un drame de Serge Friedman avec Leila Bekhti et Nicolas Duvauchelle, durée 1H35, sortie le 3/09/14

[Critique] « Délivre nous du mal » Série Z horrifique sans saveur frôlant souvent le ridicule
[ Deauville] Cérémonie d’ouverture du 40ieme festival de Deauville …Et le sourire de Jessica déchira la brume fantomatique
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture