A l'affiche
[Critique] « Lou ! Journal infime » de Julien Neel, au cinéma le 8 octobre

[Critique] « Lou ! Journal infime » de Julien Neel, au cinéma le 8 octobre

20 septembre 2014 | PAR Prescillia Rodax

Fidèle aux couleurs acidulées et rafraîchissantes de la bande dessinée, « Lou ! Journal infime » réussit sans encombre le passage du dessin au film sur grand écran, dans une adaptation qui distille de touchantes scènes parmi quelques longueurs et un humour maladroit.

[rating=3]

[Synopsis du site officiel] Lou est une jeune fille créative et rêveuse d’une douzaine d’années. Elle vit seule avec sa mère, Emma, qui a mis de côté sa vie de femme ces dernières années pour se consacrer à l’épanouissement de sa fille. Leur cocon confortable cache malgré tout quelques failles : Emma stagne et glisse doucement vers la mélancolie alors que Lou est obnubilée par Tristan son petit voisin, délaissant sa bande de copains… Leur bulle éclate alors qu’Emma entame une renaissance amoureuse et qu’un premier baiser fait rentrer Lou dans les années enivrantes de l’adolescence.

En choisissant d’adapter sa propre bande dessinée au cinéma, Julien Neel nous présente un long-métrage plein de tendresse, qui perpétue l’esprit fantaisiste et très coloré de son œuvre. Les décors, parsemés de clins d’œil, se rapprochent bien souvent de l’univers virtuel et acidulé des films d’animations. Cette esthétique, quelque peu artificielle mais largement assumée, nous plonge en douceur dans un monde qui laisse s’exprimer l’imagination débordante de la jeune héroïne.

Mais si le passage de la bande dessinée au film est parfaitement établi, l’humour de cette prétendue comédie est loin d’être convaincant. La maladresse naturelle du personnage d’Emma (Ludivine Sagnier) est exagérée, transformant de légères gaucheries en humour grotesque. Un manque de finesse rattrapé par des scènes chargées d’émotion, que Ludivine Sagnier interprète avec la plus grande justesse : désemparée par son statut de mère célibataire, celle-ci fait preuve d’une belle lucidité devant le mépris permanent de sa propre mère (Nathalie Baye).

C’est donc une adaptation en demi-teinte que nous propose Julien Neel. Un film populaire porté par un beau casting, mais qui manque de rythme et de subtilité.

Lou ! Journal infime de Julien Neel, avec Ludivine Sagnier, Lola Lasseron, Kyan Khojandi et Nathalie Baye. Durée : 1h44. Sortie le 8 octobre 2014.

Visuel : © Emmanuelle Jacobson-Roques pour Movemovie et Mother Production

Lanvin : I love you, le nouveau livre d’Alber Elbaz
France 24 : Liberté, Egalité, Neutralité ?
Prescillia Rodax

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *