Actu
France 24 : Liberté, Egalité, Neutralité ?

France 24 : Liberté, Egalité, Neutralité ?

20 septembre 2014 | PAR Fanny Bernardon

Mark Saikali, directeur de France 24, dans un récent mail envoyé aux journalistes de la chaîne, les somme de « sortir » de la « neutralité » journalistique quant au traitement de l’Etat Islamique à l’antenne. Le choc suscité par cet ordre ne tarde pas à se faire sentir, les journalistes de Radio France Internationale (RFI) qui ont fusionné avec la chaîne en 2012, expriment leur vive émotion.  

Le Code de déontologie journalistique, qui n’a connu de modifications que trois fois au cours de son histoire, dicte les règles de dignité et d’exemplarité d’un journaliste. Parmi celles-ci, on retrouve notamment l’obligation pour ce corps de métier de tenir « l’esprit critique, la véracité, l’exactitude, l’intégrité, l’équité, l’impartialité, pour les piliers de l’action journalistique et de considérer […] l’altération des documents, la déformation des faits, le détournement d’image, la manipulation, la censure et l’autocensure […]  » comme « les plus graves dérives professionnelles. »

Le Syndicat national des journalistes 1918-38-2011 leur enjoint, on le comprend, la neutralité et l’objectivité dans le traitement et la transmission de l’information. Dans ce cas précis, Mark Saikali altère donc, comme le regrette la Société des journalistes de RFI, la déontologie qui fonde leur métier.

Ici, la question est épineuse. En effet, si l’on essaye de faire preuve nous aussi d’un peu d’objectivité, ceux que Mark Saikali appellent « crétins » sont les commentateurs qui le temps de leurs explications, repoussent les atrocités des crimes des djihadistes. Ces commentaires ne sont ni opinions ni prises de partis mais bien des analyses de la situation. Dans son mail, le directeur de France 24 déclare : « J’attire particulièrement l’attention du booking sur les invités. Je ne veux plus voir un seul crétin qui justifierait les actions de ces sauvages sous prétexte politique sunnite/chiite. Pour une fois, il y a les gentils et les méchants !  » Cette citation, on le comprend, est un coup d’éclat, une voix qui s’élève, outrée et choquée, contre les actions menées par l’Etat Islamique. Ce terme de « crétin », maladroitement choisi, exprime le sentiment général face aux photographies et vidéos qui font la promotion de l’Etat islamique.

Néanmoins, Mark Saikali peut-il ainsi biaiser un fil d’information et la profondeur des débats en incitant les journalistes à prendre position, de façon très manichéenne, pour les bons, contre les mauvais. Les crétins dont il parle ne sont pas dans une campagne de soutien des djihadistes mais bien dans l’analyse politique. Encore une fois, le traitement de l’information journalistique consiste en la vérité, la liberté du commentaire et de la critique. Empêcher la liberté de débat et entraver la profondeur de celui-ci ne relèverait-il pas , si on le pousse à l’extrême, de la manipulation d’information ?

Dans cette affaire, les journalistes demandent ce à quoi l’éthique de leur profession les conduit, c’est-à-dire, la vérité.

 

Visuel à la Une : @Capture d’écran

 

 

[Critique] « Lou ! Journal infime » de Julien Neel, au cinéma le 8 octobre
Arrière- Cuisines de Jean- Claude Renard
Fanny Bernardon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture