A l'affiche

[Critique] Hyena, un polar violent bien filmé

[Critique] Hyena, un polar violent bien filmé

05 mai 2015 | PAR Yaël Hirsch

Découvert au Festival du film britannique de Dinard et primé à Beaune, Hyena de Gerard Johnson est un polar violent à l’image bien léchée. Une histoire de ripoux où l’hémoglobine luit, à recommander aux amateurs du genre.

[rating=2]


Officier de police corrompu, Michael Logan (excellent Peter Ferdinando) évolue dans un monde ausi sinistre que routinier. Il sort de sa torpeur face à nouveau gangs d’albanais, sans merci et très originaux dans leurs méthodes sanglante pour supprimer ceux qui lé dérangent. Drogue, alcool et hémoglobine sont au programme de ce polar gluant à l’image lustrée où Londres ressemble aux plus glorieux bas-fonds de LA.

Si le scénario ne bouleverse pas le public, la mise en scène devrait réjouir les fans de Nicolas Widding Refn et tous ceux qui se réjouissent de voir combien le cinéma britannique peut sortir de la case « film social » pour envoyer du lourd, niveau ambiance. Un film différent, et néanmoins un film de genre qu’on déconseille aux estomacs sensibles.

Hyena, de Gerard Johnson avec Peter Ferdinando, Stephen Graham et Neil Maskell, Grande-Bretagne, 2014, 1h52, Bac Films/ The Jokers. Sortie le 6 mai 2015.


Visuels : photos officielles du film

Forest Whitaker à la Quinzaine des réalisateurs
[Critique] »Zaneta », beau film sur la situation des Roms en République tchèque
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *