Cinema

Forest Whitaker à la Quinzaine des réalisateurs

Forest Whitaker à la Quinzaine des réalisateurs

05 mai 2015 | PAR Flora Vandenesch

Révélé en 1988 pour son interprétation du jazzman Charlie Parker dans le film Bird de Clint Eastwood, qui lui a valu le prix d’interprétation masculine au festival de Cannes, Forest Whitaker revient cette année. Il endosse sa casquette de producteur et soutient deux long-métrages : Dope réalisé par Rick Famuyiwa et Songs my brother taught me , de Chloe Zhao, tous deux sélectionnés à la Quinzaine des réalisateurs.

En terme de succès et de récompenses, l’acteur, réalisateur et producteur Forest Whitaker n’est pas en berne. Pourtant, on ne l’imagine pas enchaîner les interviews promo ni s’exhiber sur le tapis rouge. Mais il est parfois étonnant de voir combien la sincérité et l’amour de son métier peuvent rapporter gros. Et quand Forest Whitaker s’investit dans des projets, le succès est au rendez-vous. Comme acteur, il s’est imposé dans des rôles marginaux et pas toujours sympathiques. On se souvient de son rôle-titre d’un tueur à gages dans Ghost Dog, la voie du Samourai de Jim Jarmusch, en 2000. Plus récemment, il a remporté l’oscar du meilleur acteur pour son rôle d’Idi Amin Dada, l’ancien président ougandais, dans Le Dernier Roi d’Ecosse. Sans doute, l’attachement à ses racines africaines, ghanéenne et nigériane, a joué une part importante dans ses choix et son implication dans ce rôle magistral.

On connaissait le réalisateur et l’acteur, on découvre un peu mieux l’autre facette de Forest Whitaker. Son parti pris d’être co-producteur de films dans lesquels il interprète un personnage ne date pas d’hier. En 2001, dans le premier long-métrage Green Dragon, de Timothy Linh Bui, produit par sa société multimédia, Spirit Dance Entertainment, il a les deux casquettes. Plus récemment, il a co-produit Fruitsvale Station écrit et réalisé par Ryan Coogler qui a raflé de nombreux prix : celui de l’avenir « Un certain regard » à Cannes en 2013, le Grand prix du jury dans la catégorie « US Dramatic » et le Prix du public au Festival de Sundance, la même année. Il semblerait que Forest Whitaker ait du flair. Cette année, il choisit de co-produire  le long métrage Dope réalisé par Rick Famuyiwa, aux côtés de Pharell Williams. Egalement présenté au dernier Festival de Sundance, cette comédie dramatique américaine met en lumière le changement de cap vécu aujourd’hui la génération post hip hop. On y retrouve les thèmes chers à Rick Famuyiwa, comme l’amitié, la diversité raciale et l’acceptation de soi et des autres entre les différentes communautés.

Le long-métrage Dope, avec à l’affiche Forest Whitaker et Zoë Kravitz, sera présenté en clôture de la cérémonie de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Cette sélection parallèle et indépendante du festival de Cannes a été créée en 1969 pour donner à voir aux spectateurs des films de tout horizon, réalisés par des cinéastes encore inconnus. Parmi les films sélectionnés lors de l’édition 2014, on a retenu Les Combattants de Thomas Cailley, Mange tes morts de Jean-Charles Hue et P’tit quinquin de Bruno Dumont.

[Critique DVD] « Eden », un biopic trop plat qui manque cruellement de rythme
[Critique] Hyena, un polar violent bien filmé
Flora Vandenesch

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *