A l'affiche
[Critique] « Broadway Therapy » : inoffensive comédie new-yorkaise à la Woody Allen

[Critique] « Broadway Therapy » : inoffensive comédie new-yorkaise à la Woody Allen

25 avril 2015 | PAR Gilles Herail

Peter Bogdanovich a réuni un beau casting pour sa petite comédie new-yorkaise dans laquelle on peut retrouver notamment Owen Wilson et Jennifer Aniston et la révélation Imogen Poots. Pour des numéros d’acteur parfois croustillants et un ton à la Woody Allen que l’on aurait aimé plus fantaisiste et moins convenu. Bien exécuté mais sans personnalité.

[rating=2]

Synopsis officiel: Lorsqu’Isabella rencontre Arnold, un charmant metteur en scène de Broadway, sa vie bascule. À travers les souvenirs – plus ou moins farfelus – qu’elle confie à une journaliste, l’ancienne escort girl de Brooklyn venue tenter sa chance à Hollywood, raconte comment ce « rendez-vous » lui a tout à coup apporté une fortune, et une chance qui ne se refuse pas… Tous ceux qui se trouvent mêlés de près ou de loin à cette délirante histoire vont voir leur vie changer à jamais dans un enchaînement de péripéties aussi réjouissantes qu’imprévisibles. Personne n’en sortira indemne, ni l’épouse d’Arnold, Delta, ni le comédien Seth Gilbert, ni le dramaturge Joshua Fleet, pas même Jane, la psy d’Isabella…

Peter Bogdanovich s’est associé avec Wes Anderson et Noah Baumbach pour proposer une comédie new-new-yorkaise légère, s’inscrivant pleinement dans la veine des vieux Woody Allen. Une fantaisie très écrite, sur-dialoguée, prenant place dans une ambiance cosy volontairement surannée. Tout le monde est ici acteur, écrivain ou metteur en scène. Et les destins s’entremêlent sur fond d’intrigues sentimentales vaudevillesques. Un univers pas dénué de charme où la magie opère parfois, dont le manque de personnalité laisse cependant pas mal de regrets. Owen Wilson est parfaitement à l’aise dans une partition qu’il a déjà maintes fois interprétée. Les apparitions du vieux détective privé nous font vaguement sourire. Jennifer Aniston est très en forme, héritant d’un rôle de fausse psy névrosée au bord de la crise de nerfs.

Mais c’est la jeune actrice principale qui attire toute notre attention. Imogen Poots apporte au film un décalage poétique et une étrangeté qui réussissent à exister malgré le conformisme vieillot du scénario. On avait découvert l’actrice britannique, sans véritablement la remarquer, dans plusieurs grosses productions (V pour Vendetta, Need for Speed ou Centurion). Mais elle étonne ici à chaque plan, avec un délicieux accent new-yorkais adopté pour l’occasion. Son assurance gauche et sa bizarrerie évoquent le personnage de Frances-Ha interprété par Greta Gerwig. Et l’on a envie de suivre une actrice qui pourra, on l’espère, briller dans des productions plus originales.

Gilles Hérail

Broadway Therapy, une comédie américaine de Peter Bogdanovich avec Imogen Poots, Owen Wilson et Jennifer Aniston, durée 1H33, sortie le 22 avril 2015

Bande-annonce et visuels officiels
Box Office France semaine : 150.000 entrées pour Taxi Téhéran de Jafar Panahi qui termine non loin du Robin des Bois de Max Boublil
Le train des impressionnistes
Gilles Herail

One thought on “[Critique] « Broadway Therapy » : inoffensive comédie new-yorkaise à la Woody Allen”

Commentaire(s)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *