Séries
Pourquoi faut-il absolument regarder « The Morning Show » ?

Pourquoi faut-il absolument regarder « The Morning Show » ?

07 février 2021 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Premier gros titre d’Apple TV+, The Morning Show s’avère être une pépite aussi bien scénarisée que menée par un casting magistral. Sans rien cacher de son intention militante, la série dépeint le cataclysme d’une révélation Me Too au sein d’une grande matinale américaine.

Présentateurs du Morning Show, Mitch Kessler (Steve Carell) et Alex Levy (Jennifer Aniston) sont de véritables célébrités. Amis dans la vie et complices à l’écran, ils sont les parents de cette « famille » qui réveille chaque matin des millions d’Américains depuis 15 ans. Écoutés, adulés, ils sont le symbole de ce journalisme consensuel qui n’est pas seulement là pour vous informer mais aussi pour vous réconforter. Ce joli monde va soudainement être ébranlé par un article du magazine Times révélant des accusations d’agressions sexuelles perpétrées par Mitch Kessler sur des femmes de la rédaction depuis des années.

Celui qui régnait sur son émission depuis si longtemps s’en voit immédiatement écarté et laisse à contrecœur une co-présentatrice désemparée et son équipe déçue. La série se penche ainsi sur la répercussion de telles accusations sur des personnalités avec autant d’influence et nous plonge dans une industrie audiovisuelle sous le choc où intérêts, fiertés et émotions font rage. Fine étude du rôle des médias et du mouvement Me Too dans la sphère des célébrités, voici pourquoi The Morning Show est une impeccable réussite à binge watcher au plus vite.

Pour son scénario brillant

La série démarre doucement, posant le décor d’une rédaction foisonnante qui révèle peu à peu ses dysfonctionnements. Son génie vient du fait que rien ne soit laissé au hasard, chaque détail compte dans la construction du scénario, créant un récit d’une extrême fluidité qui nous oblige à dévorer les épisodes sans s’arrêter.

On se retrouve au cœur d’une gestion de crise passionnante dont on comprend vite le caractère décisif. Qui savait ? Qui en a été victime ? Mais surtout, comment réagir quand on a une telle influence sur ceux qui nous regardent ? Et qu’est-ce que cela veut dire de l’environnement de travail dans lequel les personnages évoluent ? C’est ainsi que le récit prend de l’ampleur, au fur et à mesure des épisodes, dévoilant les personnalités et les intérêts de chacun.

Pour son casting excellent de bout en bout

Tout cela est rendu possible par un ensemble d’acteurs brillants. Éloge tout particulier à Jennifer Aniston qui se révèle dans un des meilleurs rôles de sa carrière. Oubliez Rachel Green, elle campe ici une femme autoritaire, élégante et respectée qui se sent tout à coup terriblement trahie. Alex Levy est un peu cette reine seule sur un trône sur le point de s’écrouler mais qui sait toujours où placer ses pions pour regagner son empire. Jennifer Aniston réussit à la rendre autant détestable qu’incroyablement attachante et signe là une performance absolument épatante.

Jouant avec talent une jeune journaliste effrontée tout aussi captivante, Reese Witherspoon démontre une nouvelle fois qu’elle n’a plus à faire ses preuves, tout comme Steve Carell, toujours aussi fabuleux, mais dont l’air paternel et rassurant finit même par faire peur (oui c’est possible !). Enfin, dernière mention spéciale à Billy Crudup dont le personnage de patron arrogant et d’un cynisme truculent est somme toute le plus génial.

Pour son engagement sans complexe et maîtrisé

La série tient aussi sa réussite du fait qu’elle parle avant tout du monde des médias, racontant les dessous d’une matinale télévisée à succès et de l’intimité de ceux qui sont tous les jours dans la nôtre au réveil. Puis on y ajoute l’intrigue : une révélation d’agressions sexuelles. Cette volonté d’y intégrer une question engagée est parfaitement maîtrisée, jamais hasardeuse ou intéressée. Le but y est véritablement de réfléchir aux enjeux de ces imputations, autant du point de vue de l’accusé que des victimes et de leur entourage. La série rend compte parfaitement des complexités de certaines situations quand malentendus, désaccords et sentiments s’entremêlent, créant un climat où plus personne ne se comprend.

Elle parvient également à nous placer au cœur des dilemmes des personnages : est-ce qu’on aurait vraiment eu connaissance du comportement de notre collègue et ami depuis 15 ans ? Comment aurions-nous réagi ? Quelle est notre responsabilité vis-à-vis du comportement de nos proches ? À chaque affaire son lot de critiques sur ce que chacun aurait dû faire, mais The Morning Show démontre que la réalité est souvent bien plus complexe que cela.

À propos des journalistes enfin, il est très intéressant de se rendre compte du véritable rôle qui leur est donné dans la société et des responsabilités que ce métier implique, en particulier quand celui-ci apporte de la notoriété. On remarque par ailleurs à quel point toute la rédaction de la matinale est concernée car de fait, à chaque émission, c’est la crédibilité et le professionnalisme de tout le monde qui est en jeu. On retiendra pour finir une importante présence féminine, reprenant le contrôle d’une émission qu’elles veulent voir évoluer avec leur temps, un côté « you go girl » tout à fait exaltant et qui fait du bien. 

 

 

The Morning Show, créé par Michael Ellenberg et Kerry Ehrin, avec Jennifer Aniston, Steve Carell, Reese Witherspoon et Billy Crudup. Saison 1 à voir sur Apple TV+.

La disparition du sable, aquarelles de Maud Louvrier-Clerc
Une playlist de type maniaco-dépressif
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture