A l'affiche

Cannes, hors compétition : Claude Lelouch émeut la Croisette avec «Les plus belles années d’une vie»

Cannes, hors compétition : Claude Lelouch émeut la Croisette avec «Les plus belles années d’une vie»

20 mai 2019 | PAR Yaël Hirsch

Ils sont encore tous trois bien là et radieux de l’ovation du Festival de Cannes. 53 ans après la sortie d‘Un homme et une femme, Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant incarnent les (vieux) amants dans la lumière normande et devant la caméra tendre de Claude Lelouch. Le romantisme moderne n’a pas pris une ride …

Cinquante ans après leur folle passion, Anne et Jean-Louis se retrouvent grâce à l’intervention du fils de Jean-Louis, inquiet pour son père qui se laisse dépérir dans une luxueuse maison de retraite verdoyante. Il parle beaucoup de son amour de l’année 1965 et Anne est toujours là, belle, touchante. Elle n’est plus scripte, elle est à nouveau veuve et tient un magasin en Normandie. Sa fille qui était dans le même pensionnat que le fils de Jean-Louis est devenue vétérinaire. Émue d’avoir des nouvelles de son grand amour volage tant d’années après, Anne va le voir. Il ne s’agit plus seulement de le séduire mais de lui rendre la mémoire… Un numéro de charme tout à fait dans les cordes de la merveilleuse conductrice de LA 2CV.

Cinquante ans après Un homme et une femme, l’arrière-pays normand a presque remplacé les fameuses planches de Deauville (très présentes en référence en flash-back et en générique final) et le personnage de Jean-Louis perd la tête et les jambes … Mais sur un banc de maison de retraite, comme dans une 2CV rêvée, la tendresse et l’amour sont toujours là. Et la rencontre recommence sous nos yeux, encore démultipliée par les failles de mémoire du coureur octogénaire. Les mêmes questions se répètent : Qui êtes vous? Avez vous des enfants ? Et pourtant, dès le début une chose est sûre: Un homme et une femme se sont ratés pendant des années.

Lelouch remet en scène son couple mythique dans l’éternelle verdure d’un jardin d’Eden, pour exprimer les questions qui le hantent par delà-les jeux de l’amour et la fidélité : Quelle est la prise du temps sur les émotions? A-t-on plus peur de la mort seul ou en couple ? A la mesure de la douceur de la caméra, qui semble caresser les visages ridés avec tendresse et beauté, la réponse tient dans la permanence de la voix, du regard et dans l’élégance et la fragilité d’Anouk Aimée venant nous cueillir à chaque fois qu’elle passe la main dans ses cheveux.

Plus qu’une séquelle nostalgique, ce « Cinquante ans après » où la chanson est chantée par Calogero en complément de Nicole Croisille a de belles vertus apaisantes : aucune amertume chez les deux amants vieillis dont les enfants bien grandis assurent la continuité. Strictement auto-référentiel, ce film témoin magnifie nos souvenirs du premier volet, si marquant pour le cinéma et dans nos représentations du couple moderne : déjà mariés, parents, avec l’ombre de l’infidélité, la rencontre est là, fulgurante. Avec une Anouk Aimée flamboyante qui prend toutes les initiatives, Lelouch sait renverser la vapeur de ses flash-back avec intelligence. Tout en contrepoints, il tire parti d’une inégalité devant le temps qui passe, pour faire un portrait de femme profonde, une dame, qui a su se préserver et ne pas se déclasser sans fermer son cœur.

Quand on repense à l’âpreté du Saraband de Bergman, des décennies après ses Scènes de la vie conjugale, l’on mesure la douceur et l’humanité du couple chez Lelouch, même quand l’homme qui court non seulement les automobiles mais aussi les femmes, n’a pas été à la hauteur.

 

Les plus belles années d’une vie, de Claude Lelouch, avec Jean-Louis Trintignant, Anouk Aimée, Marianne Denicourt, France 1h40, hors compétition, sortie en salles le 22 mai 2019.

Affiche : affiche officielle du film

 

Retrouvez tous les films des différentes sélections dans notre dossier Cannes 2019

Cannes 2019, Quinzaine : « Une fille facile » qui bouscule les rapports de classe et de genre
La playlist élargie
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *