Musique
La playlist élargie

La playlist élargie

20 mai 2019 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Kazy Lambist, Jowee Omicil&Amoué, Dope D.O.D, Mush, Clara Luciani, Marc Collin et Game of thrones.

 

Power is power — The Weeknd, SZA &Travis Scott

Cette fois c’est la fin même si nul n’est à l’abri d’un dernier sursaut eschatologique en ce royaume du trône de fer. A.M Tesfaye dans ses habits gothiques est tout simplement parfait, bien relayé par la très appétissante SZA qui apporte le petit plus d’érotisme cruel et antique qui a fait les belles heures de la série. On reste coi devant une telle performance commerciale.

Operation Vaken — Mush

Changement total de décor avec les petits cousins de Leeds des Falls, et leur carte postale low-fi mi chantée mi-jappée conservant avec élégance un vieux fond noise qui apporte le zeste essentiel à la belle attitude du rock’n roll ; ici une variation sur la politique anti-immigration du gouvernement britannique à l’époque où Theresa May n’était alors que ministre de l’Intérieur.

Future shock — Marc Collin (feat.Clara Luciani)

Le scoop de la semaine, c’est tout simplement d’apprendre qu’il faut aller chez Kwaidan records pour choper Clara en train de fumer un joint. Du coup, tout le monde se détend, le son prenant une petite giclée vitaminée qui déporte légèrement la chanson made in Luciani vers un dance-floor electro-rock austère et lumineux. Bonne pioche.

Tous les jours — Kazy Lambist (Jowee Omicil&Amoué)

On entend bien les incantations de Madame Lambist :  les vrais faux semblants des applis de rencontres ici pointées d’un doigt plus ironique que vengeur au son insidieusement tropical d’un DJ de plage qui commence à lancer la musique tandis que se lèvent fièrement les étendards des sponsors, en attendant les buveurs et buveuses de Gin Tonic pris en otage dans leur photo de vacances. C’est cruel et carrément rabat-joie, on ne résiste pas.

What happened — Dope D.O.D

Pas toujours la joie du côté de Gröningen où le duo hollandais bien connu des puristes impose une synthèse à trois éléments -grime, dubstep, drum’s bass- qui frappe par sa sombre précision. Sans comprendre, on est forcément emballé par la production qui colonise nos oreilles ; à la fois pile dans l’air du temps et totalement infectée par le dégoût qu’il génère. Peut-être trop parfait pour être écoutée autrement qu’en musique de fond.

 

Cannes, hors compétition : Claude Lelouch émeut la Croisette avec «Les plus belles années d’une vie»
Ressortie DVD « Fin août, début septembre » : une chronique amicale et amoureuse par Olivier Assayas
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *