Cinema

62ème Berlinale, jour 5 : la famille se détache sur grand écran

62ème Berlinale, jour 5 : la famille se détache sur grand écran

14 février 2012 | PAR Yaël Hirsch

Ce lundi de Berlinale a commencé à la verticale avec la projection de « L’enfant d’en haut » de la suissesse Ursula Meier. Un « film de montagne » tout à fait atypique qui interroge les marges sociales d’Helvétie à travers la relation compliquée entre une mère et son fils, elle étant extrêmement jeune et se faisant passer pour sa sœur, lui allant voler skis et gants « en haut » à la station pour faire bouillir la marmite. Petite remarque : Julian Anderson que l’on a déjà vue hier dans un second rôle d’agent des services secrets anglais dans « shadow dancer » fait une apparition dans « L’enfant d’en haut ». Parfaitement blonde et lissée, plus mince que dans ses années X-Files, l’agent Scully deviendrait-elle la nouvelle égérie des films d’auteurs des années 2010 ?

En conférence de presse, la réalisatrice Ursula Meier a surtout évoqué combien après son premier film horizontal «Home» , ce nouvel opus était vertical. Elle a bien sûr répondu aux questions d’ordre social, à savoir si oui ou non la Suisse connaissait aussi ses cas de misère noire, mais elle a de loin préféré théoriser sur le rôle de la fiction et de l’imaginaire dans son œuvre. Souriante et en T-Shirt rose la rajeunissant  encore, le rôle féminin du film, Léa Seydoux est restée discrète et attentive. Interrogé sur sa belle performance, le jeune Kacey Mottet Klein a récité un petit texte charmant sur ses impressions de tournage.Pour voir notre critique de « L’enfant d’en haut », c’est ici.

La suite du programme nous a plongés dans la fin des années 1960 dans le sud des Etats-Unis avec « Jayne Mansfield’s car ». Doté d’un casting éblouissant (John Hurt, Robert Duvall, Kevin Bacon et le réalisateur lui-même) le film de Billy Bob Thornton sur le choc des générations en 1969 quelque part au loin d’Atlanta avait un côté Elia Kazan, une pointe néo-psychédélique, et durait un rien trop de temps, malgré sa bonne humeur et les beaux yeux sombres de l’acteur en colère contre la guerre. Voir notre critique, ici

A 15 heures, à la Haus der Berliner Festspiele, l’on projetait les 4 épisodes de « Death Row », la série Télé qui rejoint le sujet de la peine de mort que le réalisateur allemand avait déjà abordée avec « Into the abyss ».

Enfin, à 22h30 au bâtiment International du festival, après Charlotte rampling, c’est Guy Maddin qui était attendu avec impatience ; le réalisateur canadien de « My Winnipeg » préentait son nouveau film « Keyhole », une transposition de l’odyssée en une maison de Winnipeg, avec Jason Patric et Isabella Rosselini. Et Ulysse est un gangster !

Au programme de demain pour la 6ème journée de la Berlinale, le très attendu « Was Bleibt » de Hans-Christian Schmid,  dont nous avions adoré « La révélation« . Il s’agit a priori notre chouchou pour l’ours d’or (à confirmer après projection), puis, toujours en compétition, le film portugais « Tabu » de Miguel Gomez. Demain, Volker Schlöndorff présente son nouveau film d’après des carnets de Ernst Jünger « La mer à l’aube ». Enfin,  après l’avoir rencontré l’an dernier (voir notre interview pour Balada Triste), nous nous réjouissons de voir le nouveau film du très talentueux Alex de la Iglesia, « La chispa de la vida », avec Salma Hayek.

American Spleen d’Olivier Guez : de la déception en Amérique
Les sorties ciné de la semaine du 15 février
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “62ème Berlinale, jour 5 : la famille se détache sur grand écran”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *