Cinema
Les sorties ciné de la semaine du 15 février

Les sorties ciné de la semaine du 15 février

14 février 2012 | PAR LLT

Cette semaine, dans les salles obscures, vous aurez  droit à l’austérité de Thatcher sous les traits de Meryl Streep, à la première réalisation de Sylvie Testud avec La vie d’une autre, à un Blockbuster américain qui revisite la littérature française : Voyage au centre de la terre 2. Un autre biopic du plus provocateur des poètes du XXe siècle vous attend aussi. Je suis venu vous dire met la parole de S. Gainsbourg en image. Pour les couples, en ce jour de Saint Valentin, le film Dix Hivers à Venise vous permettra peut-être de dire les mots tragico-magique « Je t’aime » au moment du générique.

La Dame de fer de Phyllida Lloyd (France/Grande-Bretagne, 1H44) avec Meryl Streep, Jim Broadbent, Susan Brown : La coiffure permanentée est bien là, ainsi que le rouge à lèvres éclatant et la voix de directrice d’école : c’est une Margaret Thatcher plus vraie que nature qu’interprète l’actrice américaine Meryl Streep dans « La Dame de fer ». Le film qui sort alors que « Maggie », 86 ans, frappée de dégénérescence sénile, n’est plus que l’ombre d’elle-même, fonctionne par flashbacks successifs. Il brosse à larges traits le portrait de celle qui fut la première femme à la tête d’un grand pays occidental, et probablement la plus contestée des Premiers ministres britanniques.

La Vie d’une autre de Sylvie Testud (France/Belgique/Luxembourg, 1H37) avec Juliette Binoche, Mathieu Kassovitz, Aure Atika : Marie, 40 ans, pense qu’elle en a 25. Elle a oublié 15 ans de sa vie. Elle se réveille au début d’une histoire d’amour qui en fait se termine. Elle a quatre jours pour reconquérir l’homme de sa vie. Avec « La vie d’une autre », Sylvie Testud signe son premier passage prometteur derrière la caméra. Juliette Binoche et Mathieu Kassovitz, les deux acteurs principaux, font preuve d’une alchimie convaincante.

La Désintégration de Philippe Faucon (France, 1H18) avec Rashid Debbouze, Yassine Azzouz, Ymanol Perset : Une cité dans l’agglomération lilloise, aujourd’hui. Ali, Nasser et Hamza, âgés d’une vingtaine d’années, font la connaissance de Djamel, dix ans de plus qu’eux. Aux yeux d’Ali et ses amis, Djamel apparaît comme un aîné au charisme certain. Habile manipulateur, il endoctrine peu à peu les trois garçons, connaissant mieux que quiconque leurs déceptions, leurs failles et leurs révoltes face à une société dans laquelle ils sont nés, mais dont aucun des trois ne pense plus désormais faire partie.

Voyage au centre de la Terre 2 : L’île mystérieuse de Brad Peyton (USA, 1H33) avec Dwayne Johnson, Michael Caine, Josh Hutcherson : Sean Anderson, 17 ans, reçoit un message de détresse codé en provenance d’une île mystérieuse dont personne n’a jamais entendu parler. Tout aussi impatient que Sean de savoir d’où vient ce message, Hank, son beau-père, décide de tenter l’aventure. Ils mettent alors le cap sur le Pacifique Sud. Ils découvrent une contrée d’une beauté stupéfiante, où vivent d’étranges et effrayantes créatures entre des volcans et des montagnes d’or.

Ghost Rider : L’Esprit de Vengeance de Mark Neveldine et Brian Taylor (USA/Emirats, 1H45) avec Nicolas Cage, Ciaran Hinds, Violante Placido :Nicolas Cage reprend le rôle iconique du motard en flammes créé par Marvel. Danny, jeune garçon porteur d’une prophétie suscite la convoitise de Roarke, un homme mystérieux possédant de grands pouvoirs. On fait alors appel à Johnny Blaze pour se lancer à la recherche de l’enfant en lui proposant comme récompense de le libérer de son alter-ego de Ghost Rider.

Il était une fois, une fois de Christian Merret-Palmair (France, 1H35) avec François-Xavier Demaison, Anne Marivin, Charlie Dupont – Willy, brillant Franco-belge devenu citoyen du monde, est sollicité pour un poste de concierge dans un grand palace parisien. Il est accueilli par un ami d’enfance, Serge Luyperts, limonadier désabusé. La candidature de Willy – recalé pour délit de belgitude – va le contraindre, lui et ses compatriotes, à une imposture absurde.

Dos au mur de Asger Leth (USA, 1H42) avec Sam Worthington, Elizabeth Banks, Jamie Bell -:Ancien flic condamné à la prison pour un vol dont il se dit innocent, Nick Cassidy a réussi à s’évader. Dans un hôtel de New York, il monte jusqu’à l’un des derniers étages et enjambe la fenêtre. Lydia Mercer, négociatrice de la police, est chargée d’essayer de le convaincre de ne pas sauter. Plus la jeune femme tente de dénouer cette situation périlleuse, plus elle prend conscience que Cassidy pourrait bien avoir un autre objectif.

Amador de Fernando Leon de Aranoa (Espagne, 1H52) avec Magaly Solier, Celso Bugallo, Pietro Sibille : Pour subvenir aux besoins de son couple, Marcela accepte de s’occuper pour l’été d’un vieil homme atypique. Très vite, une complicité naît entre ces deux inconnus qui ne vont pas tarder à se livrer leurs secrets respectifs.

 

Dix hivers à Venise de Valerio Mieli (Italie/Russie, 1H39) avec Isabella Ragonese, Michele Riondino, Glen Blackhall : Hiver 1999. Première rencontre entre Camilla et Silvestro dans un vaporetto qui traverse la lagune Vénitienne.Elle est réservée, il est effronté, mais l’alchimie opère. Il décide de la suivre dans les ruelles embrumées. Ainsi débute une aventure de dix ans, qui les mènera de Venise à Moscou, durant laquelle Camilla et Silvestro vont s’aimer sans parvenir à se le dire.

Je suis venu vous dire de Pierre-Henry Salfati (France, 1H38) avec Katerina Fedchenko, Emilie de Preissac, Clément Van Den Bergh : Une autobiographie réinventée en donnant la parole à Serge Gainsbourg, à la première personne, en utilisant simplement tout ce qu’il a dit aux uns et aux autres.

 

Howl de Rob Epstein et Jeffrey Friedman (USA, 1H24) avec James Franco, Jon Prescott, Aaron Tveit -:Film biographique d’Allen Ginsberg, héros de la contre culture américaine, et initiateur dans les années 50 de la Beat Generation, mouvement épris de liberté qui a marqué plusieurs générations. Dans le rôle principal, James Franco interprète le jeune Allen Ginsberg qui, avec son livre « Howl », a fait exploser les barrières du conformisme et du langage. Dès la publication du livre en 1957, les milieux conservateurs ont intenté un procès pour obscénité à l’éditeur.

Le Jardinier qui voulait être Roi de David Sukup et Kristina Dufkova (Tchécoslovaquie, 1H04, film d’animation pour enfants) : Film composé de deux courts métrages : « L’Histoire du chapeau à plume de geai » qui évoque la vie d’un roi, et « La raison & la chance » sur le destin.

 

La Mémoire dans la chair de Dominique Maillet (France, 1H44) avec Sergio Peris-Mencheta, Féodor Atkine, Diana Palazon : L’histoire d’un homme, de retour dans un pays inconnu marqué par des haines et des vengeances antiques.

 

La Martinique aux martiniquais – L’Affaire de l’OJAM de Camille Mauduech (France, 2H08, documentaire) : Dans les années 60, la Martinique, ancienne colonie devenue département français d’Outre-mer en 1946, s’enlise dans un « indéfectible attachement à la France » alors que le grand souffle des luttes d’indépendances s’étend à travers le monde, notamment avec la Guerre d’Algérie. L’OJAM (Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste de la Martinique) affiche alors une volonté nationaliste.

 

62ème Berlinale, jour 5 : la famille se détache sur grand écran
Jean Dujardin parodie The Artist au Saturday Night live
LLT

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture