Arts
Les rencontres d’Arles : 42ème édition

Les rencontres d’Arles : 42ème édition

08 juin 2011 | PAR Laurene Saby

Malgré l’annulation de l’année du Mexique, la 42ème édition des rencontres d’Arles mettra bien à l’honneur comme prévu la nation de Calderon. L’histoire photographique exceptionnelle du pays hispanophone sera l’occasion de découvrir  de magnifiques rétrospectives, durant le festival, qui aura lieu cette année du 4 juillet au 18 septembre dans la cité arlésienne.

Si vous ne connaissez Arles que pour ses arènes, sachez que son festival international de photographie est le plus renommé de France. Martin Parr en 2004, Christian Lacroix en 2008, c’est cette année au tour du Mexique et des artistes mexicains d’être à l’honneur. Si l’édition précédente de 2010 fonctionnait autour de six « promenades », celle de cet été offrira un panorama complet aux visiteurs autour de l’activité photographique mexicaine, d’hier et d’aujourd’hui. De photos documentaires issues des balbutiements de la photographie des années 1910 avec la révolution mexicaine, jusqu’aux œuvres d’artistes contemporains (notamment Maya Goded, Daniela Rossell et Iaki Bonillas), le festival vivra au rythme de mariachis. Les rencontres d’Arles promettent une édition faite d’évasion et de réflexion, mélangeant à merveille l’art, le témoignage et l’histoire. Les artistes présentés aborderont par leurs travaux des sujets questionnant comme les écarts de richesse, la violence, l’identité et la vie quotidienne.

Patrimoine et jeunes talents

Arles, c’est donc un festival qui fait la part belle au patrimoine photographique, tout en mettant à l’honneur de jeunes talents du cliché. Une très belle exposition vous permettra de découvrir l’œuvre de l’artiste mexicaine majeure de ces 40 dernières années, Graciela Iturbide, et vous aurez l’occasion de vous émerveillez en scrutant les photos d’Enrique Metinides. Avec le festival d’Avignon, les rencontres d’Arles font vibrer le cœur de la Provence durant toute la période estivale, pour le plus grand plaisirs des habitués et des gens de passage. Et si, comme l’affirme le ministère de la Culture, la photographie est devenue la première pratique culturelle des Français, alors gageons que le festival des rencontres d’Arles, continuera pour longtemps encore d’aller à la rencontre de ses visiteurs.

« Harem », 2002, de Daniela Rossell

 

 

 

 

 

 

« Pancho Villa sur le fauteil présidentiel, à sa gauche Emiliano Zapata, décembre 1914 » de Manuel Ramos, dans le cadre de l’exposition « La révolution mexicaine – Photographies & Révolution »

 

 

 

 

 

« Julianne Moore » de Gregory Crewdson, dans le cadre de l’exposition « Les photos du New York Times magazine »

 

 

 

 

 

(c) visuel : photofloue.net, blog-photocontact.vellozzi.com, agenda-photophiles.com, www.rencontres-arles.com

Haris Alexiou en concert le 9 juin à l’Olympia
L’Assemblée Nationale s’oppose fermement à la taxation des oeuvres d’art
Laurene Saby

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *