Expos

Le photographe Stephane Fedorowsky expose à Orlando

Le photographe Stephane Fedorowsky expose à Orlando

20 avril 2015 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Il est notre chouchou et le frenchie a de l’avenir. Lui que l’on a découvert il n’y a pas si longtemps avec son onirique Emouvantail ne cesse d’expérimenter des techniques photographiques dans un seul but : raconter des histoires. Il participe cette année au Festival d’Orlando « SNAP You are here » qui se tiendra tout le mois de mai également à Tampa, Daytona et Melbourne.

Quand on rencontre Stéphane, on croise un conteur de fée alors on lui demande comment la photographie peut être pour lui un vecteur de récits. Il nous raconte « Après mes contes photographiques, La Dame Blanche, Ille était une fois soi et l’Emouvantail, je me suis dirigé vers un univers de photos-comics, plus comme le ferait un réalisateur par ‘story boards’. C’était la suite logique de l’exposition hommage au Cinéma qui sera exposée pendant le moi de Mai au festival d’Orlando. »
Ce festival est le premier « à voir le jour Orlando et s’étend sur tout l’état.. » ajoute-t-il. Ce festival donnera à voir les travaux de Sean Black, James Black, Marc Schmidt, Matthew Skofield, Yuri Maiorov, Stephane Fedorowsky, Gregg Segal, William John Kennedy et de The Hilton Brothers

« Mais avant tout c’est une rencontre avec un homme brillant, passionné d art et de photos toujours à la recherche de nouveaux artistes venus du monde entier…Patrick Kahn est le directeur fondateur de Snap Gallery basé à Orlando et a décidé de créer le tout premier festival. Orlando est une ville jeune, en plein essor, son envie d étendre la culture est tout à son honneur. Exposer durant le festival permet d étendre mon champs d’action outre atlantique, d’être parmi d’autres photographes internationaux talentueux aux univers différents. C’est donc l’occasion de montrer cette dernière série de photo-montage argentique réalisée en chambre noire hommage aux personnages et cinéma du 20s…Comme un retour au source logique car pour cette série la plupart des images sont des Etats-Unis ».

La série qu’il exposera est tiré de « RED ». Si la dominante est noir et blanche comme toujours chez lui, ici, les photographies argentiques  sont ponctuées de peinture à la main.

Visuels :

Photo Indian soul/2013 Photographies argentiques n&b développées en chambre noire
Plus application de peinture a la main
Photo Rodeo Drive/2014 D’apres une photographie d’Andre Perlstein/Photographies argentiques n&b développées en chambre noire Plus application de peinture a la main

[Cannes] « Trois souvenirs de ma jeunesse » de Arnaud Desplechin n’est pas en compétition mais à la Quinzaine
La sélection de 54ème semaine de la critique est tombée
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *