Expos
Le Musée Juif de Belgique: portrait d’un musée menacé par l’horreur d’un attentat

Le Musée Juif de Belgique: portrait d’un musée menacé par l’horreur d’un attentat

27 mai 2014 | PAR Carlos Dominguez-Lloret

Le 24 mai, un homme fait irruption dans le Musée Juif de Belgique et ouvre le feu, tuant un couple de touristes israéliens, une bénévole française et un agent d’accueil belge. 

Samedi dernier un individu s’est présenté au Musée Juif de Belgique, il sort une  arme de poing et ouvre le feu à plusieurs reprises. Dans la fusillade, quatre personnes sont touchées à la tête et à la gorge. Parmi les morts 2 touristes israéliens. Les autres deux victimes font partie du personnel de l’établissement. L’une d’entre elles est morte dimanche de ses blessures. Le bilan de l’attentat est porté à quatre morts dans cette attaque effroyable qui à secoué la capitale belge le 24 mai.

Le Musée Juif de Belgique est situé au 21 rue des Minimes à Bruxelles. Ce beau musée a ouvert ses portes en 2005 et accueille une grande collection d’objets de tradition juive originaires d’Europe, Asie et Afrique. Les pièces les plus anciennes datent du XVIIIème siècle.

Le musée a été conçu depuis la fin des années 70. Cependant, c’est à partir des années 90 que le lieu a commencé a constituer sa collection. La collection du musée est composée par 750 artefacts et objets rituels, 1,250 œuvres d’artistes, 20,000 photographies et 5,000 affiches. Le musée compte aussi avec une programmation assez variée de concerts et de conférences.

L’endroit possède aussi une bibliothèque qui totalise 25,000 livres et d’autres publications. Parmi ses titres il y a des ouvrages hébraïques et yiddish, d’art et d’artistes juifs, d’histoire du judaïsme et des juifs en Belgique. La généalogie juive est aussi présente, ainsi que des dossiers thématiques et des fichiers biographiques.

Exposition permanente

À Bruxelles, la schoule Beth ou petite synagogue a été fondée en 1946 comme lieu de rencontre, d’étude et de prière. Le bâtiment était un modeste oratoire et un espace chargé de symboles. En 2004 la schoule Beth a du fermer ses portes et tout son mobilier et ses objets culturels ont servi a constituer les collections du Musée Juif de Belgique.

La schoule Beth Israël est aujourd’hui remontée à l’identique et son exposition s’avère comme un chemin de découverte. De manière didactique et accessible, cette exposition présente les objets rituels, la riche symbolique juive, le culte et les rituels de passage: naissance, circoncision, bar mitsvah, mariage, décès. L’apprentissage se fait de manière ludique et pour cela le musée compte avec des stations interactives, des jeux éducatifs et un agréable coin de lecture.

Expositions

La Robe est Ailleurs par Marianne Berenhaut

du 07.03.2014 au 15.06.2014

A moi qui ne suis ni poète, ni écrivain, est-il pas, dès lors quelque peu déraisonnable de me demander de décrire en 10 lignes l’essence même de mon travail ? Dans le meilleur des cas, j’ai pratiqué la 3D et…  « at the end of the day », je me crois Dieu le père au 1er jour de la création.

« La robe est ailleurs » est le titre de mon exposition au Musée Juif de Belgique mais… « Que veut-elle bien dire par là, je vous le demande !? » En déambulant dans les multiples coins et recoins du bâtiment ou de-ci de-là, Marianne Berenhaut dépose, dispose ça et là divers objets (choses) au sol, parfaitement reconnaissables : chaises, tapis, bouts de laine, plastique bleu, petits poids, porte de jardin, mètre métallique, carton ondulé, volets, petit bateau…

Warsawarsaw oeuvres de l’artiste Christian Israel

du 07.03.2014 au 15.06.2014

Christian Israel est un artiste chilien d’origine allemand qui vit et travaille à Bruxelles depuis de nombreuses années. Cet artiste met des images et des structures en mouvement, et invertit l’ordre des objets pour créer des objets de mémoire, décortiquer, superposer et faire miroiter les structures abstraites, comme quelqu’un manipulerait un album de souvenirs.

Expositions à venir

Summer of photography

***

Le photographe Adi Nes, vit et travaille à Tel Aviv. Les photographies de cet artiste témoignent de la beauté fleurissante dans la perpétuelle construction de l’identité. Dans une volonté évidente de théâtralisation, l’homosexualité, l’identité masculine et l’héroïsme sont mis en scène.

***

L’artiste Mehdi-Georges Lahlou est français d’origine marocaine par son père et espagnole par sa mère. Lahlou vit et travaille à Bruxelles depuis 2007 et il mêle avec une ironie transgressive les codes religieux et esthétiques de sa double identité, afin de mieux déjouer les stéréotypes appliqués au corps et à l’ appartenance.

Selon Marie Moignard « Questionnant le champ des possibles à jamais irréconciliables, il pose son propre corps comme motif de réflexion sur le « corps sexuel » confronté à l’identité, notamment religieuse, et se plaît à détourner les signes de la culture traditionnelle pour mieux investir une nouvelle « esthétique musulmane ».

Nous restons solidaires avec le Musée Juif de Belgique et avec les familles des victimes de cet acte odieux. 

Photo © Affiche de l’exposition

 

[Live report] Michel Boujenah, Nourith et la Chorale Moran chantent pour la paix
Le soufflet de « FOG » aux médias et aux politiques
Carlos Dominguez-Lloret

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture