Expos

Hiroshi Sugimoto donne un avant-goût de la fin d’une civilisation avec ses Accelerated Buddha chez Pierre Bergé

Hiroshi Sugimoto donne un avant-goût de la fin d’une civilisation avec ses Accelerated Buddha chez Pierre Bergé

08 octobre 2013 | PAR Yaël Hirsch

A partir du 10 octobre, l’élégante fondation nichée au creux de l’avenue Marceau accueille une très belle exposition de l’artiste japonais Hiroshi Sugimoto, déjà à l’honneur cet été aux Rencontres d’Arles. Une exposition et une scénographie délicate et prophétique à voir jusqu’au 26 janvier 2014.

« L’humanité se rapproche de plus en plus d’un état d’illumination perpétuelle, où le cycle de la naissance et de la mort n’aura plus cours ». Fort de son constat sur la vie et la mort des civilisations, le photographe japonais Hiroshi Sugimoto a mis 7 ans à convaincre les autorités du temple de Sanjûsangendo de lui laisser immortaliser les mille Bouddhas du temple.

L’exposition qu’il propose avec la commissaire Emmanuelle de Mongazon et qu’il scénographie avec une grâce irrésistible suit le modèle qui est le sien depuis 2008 et « History of Histpry »: mettre en relation ses collections d’œuvres personnelles avec son travail d’artiste. Dans une première salle, sûtras, reliques, sculptures et gravures bouddhiques mais aussi chrétienne (une très belle gravure de Rembrandt et une vierge Marie primitive superbe) pavent le chemin qui mène aux photos prises des Bouddhas de Sanjûsangendo exposés face à quelques beaux objets anciens de cultes dans une demi-pénombre. Dans une troisième et dernière pièce, le clou de l’exposition est un film sur trois écrans qui par un processus d’accélération progressive de 48 clichés des 1000 bouddhas, nous permet d’en voir 1 million en 5 minutes avec une impression croissante d’être précipités dans une catastrophe. L’impact est fort. Et le spectacle d’une beauté d’astre foudroyé.

A noter : le catalogue de l’exposition, « Accelerated Buddha » a été conçu par l’artiste lui-même et est disponible aux éditions Xavier Barral (60 euros).

Infos pratiques

[Critique] « Sidewalk Stories » l’hommage réussi de Charles Lane au cinéma muet
Face à face racinien
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *