Expos
Dostoïevski influence le néo-expressionnisme de Jarek Piotrowski à la Galerie Popy Arvani

Dostoïevski influence le néo-expressionnisme de Jarek Piotrowski à la Galerie Popy Arvani

05 novembre 2015 | PAR Franck Jacquet

Dans la riche vie des galeries cette saison, on retiendra la Galerie Popy Arvani qui a inauguré sa saison fin octobre tout en expressionnisme. il s’agit de revisiter notamment Dostoïevski par l’Idiot, nom de l’œuvre écrite mais aussi de l’exposition montée des pièces de Jarek Piotrowski. Visibles pendant un mois, les huiles sur toile y dominent largement de même qu’un curieux mélange d’expressionnisme, de couleurs fauves et de dessins aux références elles aussi variées. Une petite galerie qui présente comme à l’habitude un réjouissant foisonnement.

[rating=3]

Curieuses huiles

L’essentiel de ce qui est exposé est donc composé d’huiles sur toiles faisant référence à l’œuvre de Dostoïevski. Les évocations du texte sont nombreuses, mais on pourra très bien ne pas les convoquer tant les mélanges des modes expressifs couchés sur la toile sont nombreux : si l’expressionnisme domine incontestablement, des accents fauves émergent parfois par quelques aplats et un travail sur la lumière ne manque pas de faire penser aux recherches des divisionnistes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, pour qui la lumière importait dans la représentation picturale en ce que les couleurs dépendent de la décomposition de celle-ci. Un singe, un personnage hiératique, et pourtant toujours du mouvement et de l’intensité, c’est un héritage du divisionnisme qu’avaient fait leur l’expressionnisme et le post-expressionnisme. S’il y a de la douleur dans les toiles de Piotrowski, elles n’emplissent pas tout, loin de là, le Zeitgeist est comme contrebalancé par lumière et couleur.

Pas si idiot…

A côté de cette série, on distinguera un pan de l’exposition consacré à des dessins de petite taille. L’artiste semble y avoir accordé une attention particulière tant les finitions sont évidentes et ce pour des motifs de taille très petite. Ici encore, les références sont mêlées et nombreuses : De Chirico notamment est présent ; l’enchevêtrement des cadres et des fenêtres sur le monde et les évocations de la peinture philosophique sont évidentes.

Visuel : IDIOT Huile sur toile 92 x 120 Jarek Piotrowski 2015

Chroniques de la création de « Richard III, Loyaulté me lie » : cette semaine, un sanglier
Gagnez votre pass pour le festival Sonic Visions
Franck Jacquet
Diplômé de Sciences Po et de l'ESCP - Enseigne en classes préparatoires publiques et privées et en école de commerce - Chercheur en théorie politique et en histoire, esthétique, notamment sur les nationalismes - Publie dans des revues scientifiques ou grand public (On the Field...), rédactions en ligne (Le nouveau cénacle...) - Se demande ce qu'il y après la Recherche (du temps perdu...)