Théâtre

Au Mois Molière et avant Avignon OFF,  Le Double de Dostoievski par Ronan Rivière  est un fight club slave.

Au Mois Molière et avant Avignon OFF, Le Double de Dostoievski par Ronan Rivière est un fight club slave.

17 juin 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Après avoir signé un trés précieux et magnifique Revizor, Ronan Rivière s’empare d’un texte peu connu de Dostoievski pour nous emmener  dans l’univers slave. Le voyage est merveilleux.

Le mois Molière

Depuis plus de 20 ans, le Mois Molière voulu par le maire François de Mazière, et animé par une armée de bénévoles dirigée par la précieuse Madame Lefèvre signe le lancement de la saison des festivals. Chaque année, du 1er au 30 juin, la manifestation voit affluer les comédiens à Versailles. Pour de nombreuses compagnies, il est un tour de chauffe avant le Off d’Avignon. Rappelons que le mois Molière est une manifestation de grande dimension : + de 100 000 festivaliers, 10 compagnies professionnelles de théâtre en résidence à l’année, + de 350 représentations (théâtre, musique, cirque, danse), dont 60% en entrée libre, + de 60 lieux investis dans les 8 quartiers de la ville (Grande écurie du château, Potager du Roi, Théâtre Montansier, ancien hôpital royal, galerie des Affaires étrangères de Louis XV, parcs, places et jardins…). Pendant un mois, les spectacles irriguent les quartiers. Toute la ville devient une grande scène. À côté des spectacles professionnels, le Mois Molière conjuguent les  jeunes talents, les amateurs et les troupes professionnelles. Le Mois Molière affectionne le grand répertoire dont Molière de fait mais aussi Shakespeare ou ici Dostoïevski.

 

Un geste remarquable.

La troupe du Double joue à domicile, elle est en résidence à Versailles. Le Double est uneœuvre de jeunesse  de Dostoïevski, elle est peu connue car fut boudée par la critique. Ronan Rivière s’est saisi de ce roman imposant et singulier pour  l’adapter pour le théâtre au prix d’un travail que l’on imagine immense. Dans sa proposition, il incarne le personnage principal, Jacob Pétrovitch Goliadkine. Goliadkine fonctionnaire rigoureux dans la grande ville de Saint Pétersbourg aperçoit  alors qu’il se rend à son travail  son double. Croyant d’abord à une  hallucination il va découvrir que cet alter ego vient d’être embauché dans le même service que lui et que pour son malheur cet autre aspire à prendre sa place.

Le décor imaginé est modulable et amovible. Il sert au geste par sa parlante neutralité et par ses points de fuite qui figurent le hors champ. L’effet est édifiant car par ce décor se mélangent le privé et le public, l’intime et le collectif. Les ombres portées des personnages (lumières : Marc Augustin-Viguier) finissent de signer cette admirable écriture scénique; chacun serait il dans cet univers contraint et formaté, l’ombre de lui même. Ronan Rivière, au corps efflanqué et désarticulé semble traversé par le texte et par ses émotions mélange de grotesque et d’angoisse.  Michael Giorno-Cohen est spectaculaire en valet tandis que Laura Chetrit est parfaite en la belle Clara. le reste de la troupe est à l’unisson.

Trempé dans l’univers slave, le spectateur est captivé par le récit fantastique. Le texte de Dostoievski est magnifié par ce geste. Il est conseillé de venir et revenir assister à cette magnifique lecture scénique de ce roman riche et pluriel. La musique au piano (joué sur le plateau par Olivier Mazal) capitonne l’ensemble en habillant le trouble, l’ambiguïté et la pente paranoïaque du héros. C’est remarquable.

 

 

Le Double au Mois Molière le 12 et 13 Juin.

De : Fiodor Dostoïevski
Mise en scène : Ronan Rivière
Par : Collectif La Voix des Plumes – Compagnie en résidence à Versailles

Le spectacle sera au OFF AVIGNON du 5 au 28 Juillet au Petit Louvre.

Crédit Photos Ben Dumas

 

Infos pratiques

Théâtre de La Luna
FICEP – Forum des Instituts Culturels Étrangers à Paris
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *