Arts
Cézanne et les maîtres, rêve d’Italie : le catalogue

Cézanne et les maîtres, rêve d’Italie : le catalogue

10 mars 2020 | PAR Géraldine Bretault

Un catalogue a paru aux éditions Hazan pour accompagner l’exposition qui se tient actuellement au musée Marmottan-Monet : Cézanne et les maîtres, rêve d’Italie. Un ouvrage exigeant, qui s’adresse aux férus d’histoire de l’art.

Développant le propos articulé dans l’exposition, le catalogue contient cinq essais rédigés par de grands spécialistes de Cézanne (Alain Tapié, Claudio Strinati, Denis Coutagne, Maria Teresa Benedetti). Il s’agit de traiter d’un sujet ardu, le monde imaginaire de l’artiste à l’œuvre. En effet, bien qu’il ne se soit jamais rendu en Italie, Cézanne est un artiste lettré, auréolé de prix de version latine dans sa jeunesse, capable de lire Pline, Lucrèce, Ovide dans le texte. Il appartient à une génération qui, si elle n’effectue pas nécessairement le Grand Tour, le porte au moins dans inconscient d’artiste. Par ailleurs, Cézanne visite assidûment les musées d’Aix, et le Louvre où il est un temps copiste.

Or la peinture italienne, longtemps régionaliste, a souvent opposé les écoles de Rome, Naples, Florence et Venise, offrant la primauté soit au dessin, soit à la couleur. Préoccupé par les questions de mise en espace, de présence du sujet, Cézanne puise une inspiration éclairée parmi ses peintres d’élection : Veronese, Tintoret, Greco, Giordano, mais aussi les peintres français ayant élu domicile dans la péninsule italique, comme Poussin en son temps. 

Un second aspect bien traité par le catalogue tient à la réception de Cézanne par les artistes italiens du Novecento, mouvement de retour à l’ordre qui prend son essor au lendemain de la Première Guerre mondiale. Si cette partie est éclairante pour le lecteur moins au fait de ce pan de l’art italien, l’essai d’Alain Tapié, « De la nature de l’art vers l’art de la nature » tient parfois plus du texte de spécialiste que de l’essai de vulgarisation pour le grand public. On aurait par ailleurs aimé que les œuvres présentées dans l’exposition fassent l’objet de notices individuelles. Saluons tout de même la qualité des illustrations, ainsi que la reprises de certains détails pour les œuvres illustrées en pleine page, ainsi que l’effort sur le tarif par rapport au prix habituel des catalogues d’expositions.

 

 

 

 

Cézanne et les maîtres, rêve d’Italie, Marianne Mathieu, Alain Tapié, Ed. Hazan, 192 p., 29,95€

Van Eyck et Bosch par le détail : une approche pertinente et pratique
Franck Riester, Ministre de la Culture, diagnostiqué positif au Coronavirus
Géraldine Bretault
Diplômée de l'École du Louvre en histoire de l'art et en muséologie, Géraldine Bretault est conférencière, traductrice et rédactrice dans le secteur culturel, collaboratrice régulière de l'ICOM, des Rencontres d'Arles, de la revue de design Etapes. Membre de l'Association des traducteurs littéraires de France et du Syndicat de la critique de théâtre, musique et danse, elle a rejoint l'aventure de Toute La Culture en 2011, autour des rubriques Danse, Expos et Littérature. Elle a par ailleurs séjourné à Milan (2000) et à New York (2001, 2009-2011), où elle officiait en tant que Docent au Museum of Arts and Design et au New Museum of Contemporary Art.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *