Arts
Van Eyck et Bosch par le détail : une approche pertinente et pratique

Van Eyck et Bosch par le détail : une approche pertinente et pratique

10 mars 2020 | PAR Géraldine Bretault

L’histoire de l’art se lit et se contemple. La maison d’édition Hazan s’intéresse à des figures majeures de l’histoire de la peinture en leur offrant un format compact soigné. Nous avons lu pour vous les titres « Van Eyck par le détail » et Bosch par le détail ».

Van Eyck par le détail

Alors que se tient une grande exposition sur le peintre Jan Van Eyck (vers 1395-1441) au musée des beaux-arts de Gand, en Belgique (jusqu’au 20 avril 2020), cet ouvrage semble tout destiné pour y préparer sa visite, ou pour se replonger dans l’œuvre de ce peintre, encore mystérieuse à bien des égards. Le parti pris éditorial de cette collection se prête particulièrement bien à l’étude et à la contemplation de l’œuvre des primitifs flamands, lesquels accordaient une importance majeure aux détails. Avant que la Renaissance ne vienne consacrer l’exigence d’unité dans la conception des panneaux peints, Van Eyck et ses compatriotes s’attachent plutôt à une description du réel par le menu, pour le plus grands plaisir de nos pupilles. 

Bien que l’invention de la peinture à l’huile ne puisse être le fait d’un seul homme, Giorgio Vasari, biographe des artistes au XVIe siècle, en tient Van Eyck pour l’inventeur. Il apparaît aujourd’hui qu’il sut au moins grandement améliorer la technique, ce que la restauration toujours en cours de L’Agneau mystique tend à confirmer. Le format compact de cette édition ne nuit en rien à l’exhaustivité : après une présentation de la biographie et de l’œuvre, les thèmes de prédilection de l’artiste sont repris un à un (le divin, l’architecture, la tactilité, etc.), nous donnant l’impression de plonger dans l’observation rigoureuse de chaque panneau, presque centimètre carré par centimètre carré. L’excellente qualité des illustrations permet d’admirer la finesse de la facture derrière les craquelures de la surface peinte. Les inscriptions latines sont par ailleurs déchiffrées pour une meilleure compréhension du contexte historique et religieux des commandes. Le dessin préparatoire est parfois présenté au côté du tableau fini, afin de mieux cerner le processus créatif de l’artiste.

 

 

Bosch par le détail

S’il est un peintre dont nous pouvions rêver de nous perdre secrètement dans les détails, c’est bien Jérôme Bosch (vers 1450-1516), dont les visions hantées de l’enfer appartiennent à la mémoire collective. Les descriptions des tortures subies par les infidèles n’ont pas manqué de stimuler l’imagination d’artistes modernes comme les surréalistes, qui y verront une description précoce de ce que la psychanalyse appellera le refoulé, l’inconscient. Il y a un plaisir jouissif et morbide à observer ces sévices souvent d’ordre sexuel, au point que l’on peine à croire qu’ils aient pu être admis et même sollicités par l’Église. La vision par le détail prend tout son sens ici, puisqu’il est presque impossible de contempler ces tableaux d’un seul regard, d’autant que les distances de sécurité dans les expositions ou sur les autels des églises nous en empêchent souvent. Le découpage choisi par l’auteur en appelle à tous nos sens, nous plongeant d’abord dans les merveilleux paysages embrumés de ses panneaux, avant de poursuivre plus loin par une évocation sonore et par la description des quatre éléments fondamentaux. Un chapitre consacré aux grisailles montre l’étendue du talent de Jérôme Bosch lorsqu’il parvient à donner des nuances dramatiques à ses portraits en l’absence de la couleur. 

 

Si l’on peut regretter la casse parfois petite du texte (mieux vaut chausser de bonnes lunettes ou se munir d’une loupe), elle nous offre en compensation toutes les informations requises pour découvrir ces œuvres. Grâce aux reliures cartonnées, ces ouvrages nous ont semblé un compagnon de voyage idéal, pratique et complet.

 

 

Van Eyck par le détail, Annick Born et Maximiliaan P.J. Martens, Hazan, traduit par Muriel Weiss, coll. par le détail, version compact, 256 p., 19,95 €

Bosch par le détail, Till-Holger Borchert, traduit par Lydie Échassériaud, Hazan, coll. par le détail, version compact, 256 p., 19,95 €

From Funès at the Cinémathèque to Hugo at the Panthéon: Expositions of great French men
Cézanne et les maîtres, rêve d’Italie : le catalogue
Géraldine Bretault
Diplômée de l'École du Louvre en histoire de l'art et en muséologie, Géraldine Bretault est conférencière, traductrice et rédactrice dans le secteur culturel, collaboratrice régulière de l'ICOM, des Rencontres d'Arles, de la revue de design Etapes. Membre de l'Association des traducteurs littéraires de France et du Syndicat de la critique de théâtre, musique et danse, elle a rejoint l'aventure de Toute La Culture en 2011, autour des rubriques Danse, Expos et Littérature. Elle a par ailleurs séjourné à Milan (2000) et à New York (2001, 2009-2011), où elle officiait en tant que Docent au Museum of Arts and Design et au New Museum of Contemporary Art.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *