Arts

ArtParis, foire d’art

20 mars 2009 | PAR Thomas

Jusqu’au 23 mars se tient au Grand Palais ArtParis, foire d’art moderne et contemporain. Au programme : photographie, BD, peinture, et curiosités en tout genre. Une logorrhée artistique qui déverse sur le spectateur non spéculateur (115 galeries) son flot d’ennui et ses rares étincelles de génie. Après avoir creusé la sombre mine, on en retirera néanmoins quelques pépites !

art_affiche_parisnor

Dans l’ensemble

ArtParis est une foire. Il n’est pas étonnant de souffrir de tout ce qu’elle offre. Chacun y trouvera son bon et son mauvais, tous les goûts sont dans l’arène ! La recherche esthétique chiadée coudoie la provocation qui, elle, n’outrepasse que rarement les limites de son apparence. La galerie Maruani & Noirhomme, par exemple, nous donne à voir ses pin-up éculées et bien sympathiques qu’on achèterait volontiers lors d’une foire à tout. Une ode à l’érotisme bien pauvre où l’on cherche encore l’art. En revanche, on se satisfera de quelques tableaux d’inspiration schielienne – diversité des matériaux utilisés, poses étudiées – comme les toiles de H. Craig Hanna (galerie Laurence Esnol) qui s’illustrent par leur teinte dominante. Vent printanier du côté de la galerie Sollertis qui nous propose les fraîches aquarelles d’Yvan Salomone et une des belles peintures minimalistes de James Rielly. Monsieur Combas, et ses photos-peintures richement colorées, est également bien représenté dans l’ensemble du salon ; avis aux amateurs.

Photographie

La photographie constitue une part importante de artparis. Les galeries dédiées exclusivement à la photographie sont toutes situées à la périphérie du salon. Le reste des photos, exposé dans des galeries plus généralistes, est disséminé un peu partout. Si on se demande parfois pourquoi certaines images sont exposées, l’ensemble reste intéressant voir appréciable. Les maîtres s’affichent aux côtés de leurs émules, comme à la galerie de l’instant avec les photographies d’Helmut Newton et Bettina Rheims. Galerie qui joue la carte des photographes connus et reconnus pour des célébrités qui le sont tout autant. Patti Smith shootée par Derek Hudson, portrait de Gainsbourg, Hendrix, etc. Avedon, Ronis, pour les photographes connus.

waltman_plademunt_espect

Aleix Plademunt – Photographie, 2007

Série « Espectadores »

Aleix Plademunt interroge le spectateur avec des images peu conventionnelles à la galerie Olivier Waltman. Il dispose, dans un paysage, des chaises alignées comme pour un spectacle. Invite-t-il tout un chacun à faire une pause et à observer, ne serait-ce qu’une poigné de secondes, le spectacle du monde ?

Au noir et blanc la galerie Camera Obscura juxtapose la couleur. On y trouve notamment Sarah Moon et ses flous féériques et mystérieux, mais aussi le photographe de mode Paolo Roversi qui nous transit à travers le regard perçant de son modèle (Natalia, Paris, 2003). Claudine Doury joue avec les couleurs et offre des cadrages intéressants ; des compositions épurées et d’une grande sensibilité. Une artiste que l’on pourrait comparer à Julian Germain (galerie In Caméra) par son approche de la couleur et du cadrage. Ce dernier offre des compositions originales aux tons jaunes et bleus pâles.

cameraobscura_roversi_g

Paolo Roversi – Natalia, Paris, 2003

A la galerie In Caméra toujours, Eva Rubinstein nous transporte dans un univers noir et blanc, peuplé de pièces vides, où seules les portes ouvertes laissent à la lumière le loisir de s’épancher. Jeux d’ombres et de lumières également à la galerie Chaume où la ville nocturne s’expose. Gregory Crewdson, à la galerie capture aussi la nuit et ses lumières (à coup de projecteur de cinéma) dans une ambiance très David Lynch.

On retrouve avec joie les compositions d’un des photographes des calendriers Aubade, Hervé Lewis à la galerie Albert Benamou.  Face à face entre un sumo et une jeune femme aux lignes voluptueuses dont les tatouages soulignent l’esquisse.

Enfin, finissons avec un photographe asiatique, continent fortement représenté lors de ce salon, citons le photographe chinois Weng Fen de la Yu Gallery. Un jeune chinois assis sur un mur dresse le portrait de la Chine industrielle.

chaume_delangle

Frédéric Delangle – « Ahmedabad », 2005

Courtesy Galerie Philippe Chaume, Paris

« ArtParis », à la nef du Grand Palais, jusqu’au 23 mars. Ouvert tous les jours de 11h à 20h30, lundi 23 mars jusqu’au 18h.Tarifs : 15 euros – 10 euros.

Thomas Gérard

Geri Halliwell : Est-ce la rupture ?
Playboy en archives, l’érotisme chic à travers les décennies
Thomas

One thought on “ArtParis, foire d’art”

Commentaire(s)

  • dichy

    Texte intéressant, clair et plaisant à lire. Les termes sont bien choisis avec absence de fioritures. Bon équilibre . Bravo

    mars 31, 2009 at 11 h 28 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *