Architecture
Le musée Cocteau s’ouvre à Menton

Le musée Cocteau s’ouvre à Menton

01 juin 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le journaliste Edouard Launet raconte dans un article passionnant paru le 31 mai dans Libération un imbroglio digne des meilleures intrigues policières concernant l’ouverture du musée Cocteau à Menton. l’occasion pour nous de revenir sur la création de ce nouveau lieu.

Le 27 juin 2005 la ville de Menton recevait en donation la prestigieuse collection Séverin Wunderman, constituée de 1525 œuvres, de Jean Cocteau et de son entourage. Le choix du donateur se portait sur Menton en raison du lien privilégié que la Cité entretient avec Jean Cocteau, dont elle fit son citoyen d’honneur après qu’il eût décoré la Salle des mariages de l’Hôtel de Ville (1956-1958) et réhabilité le Bastion pour y déposer ses œuvres.Le musée, situé au pied de la vieille ville ouvrira ses portes le 6 novembre 2011. Celui-ci présentera l’œuvre du poète sous toutes ses facettes, des années 1910 aux années 1950 : poésie de poésie, poésie graphique, poésie plastique, poésie de théâtre et poésie de cinéma. Outre les espaces d’exposition permanente, le musée offrira des espaces d’expositions temporaires, des ateliers pédagogiques et des espaces de documentation, ainsi qu’un auditorium et un café, qui permettront d’accueillir une programmation culturelle ambitieuse.

Du point de vue architectural, le bâtiment  a été pensé par l’architecte bandolais Rudy Ricciotti. Le musée est un bloc massif, proche du sol comprenant une « avancée de toiture sur 1,50 m, soutenue par une colonnade de morceaux de murs aléatoires de 50 cm d’épaisseur tout autour des façades vitrées  » . Cela « jouera un rôle de protection solaire important mais aussi de passage couvert pour les piétons. A l’Est, sur l’entrée principale cette avancée couverte est de 5 m et forme une transition douce entre l’intérieur et l’extérieur » explique Rudy Ricciotti .

« Je suis neige » au Théâtre Dunois
Le Forum des Halles accueille le Casting Elite Model Look
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *