Architecture

Cinq sites libyens déclarés en danger par l’Unesco

Cinq sites libyens déclarés en danger par l’Unesco

09 août 2016 | PAR Fiona Dubois

Cyrène, Leptis Magna, Sabratha, Tadrart Acacus et Ghadamès sont cinq sites libyens labellisés « Patrimoine mondial de l’Unesco » en 1982 et 1985. En juillet, ils ont été inscrits sur la Liste en péril de l’Unesco.

Depuis 2015, la progression des groupes armés de l’Etat islamique en Libye fait craindre pour le patrimoine antique du pays. C’est tout particulièrement le cas pour l’ancienne ville grecque de Cyrène, dans la vallée de Djebel Akhdar, qui est la plus importante des cinq colonies grecques dans la région. De même pour les sites antiques de Leptis Magna, Sabratha, Tadrart Acacus et Ghadamès, tous inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco. L’organisation onusienne a alarmé sur l’imminence de la menace qui porte sur eux.

L’inscription de ces sites sur la Liste en péril est un moyen de mobiliser la communauté internationale et d’appeler à leur protection. Elle rappelle le caractère universel du patrimoine libyen, alors que le souvenir de la destruction du temple de Baalshamin à Palmyre est encore criant dans les mémoires. Une menace qui fait prendre conscience d’un manque de patrimonialisation, auquel la start-up Iconem tente de remédier en utilisant la modélisation en 3D pour constituer des archives visuelles. Mais conserver ces sites sous leur forme numérisée n’est pas un grand réconfort, alors que la réalité des sites risque d’être niée par la destruction aveugle.

© Creative Commons – Leptis Magna et Cyrène, Libye

Une robe plaidoyer contre la criminalisation de l’homosexualité
Agenda classique de la semaine du 9 août
Fiona Dubois

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *