Arts

Life as a panoramic galerie Christian Berst

Life as a panoramic galerie Christian Berst

30 mai 2012 | PAR Bérénice Clerc

Christian Berst, amoureux fidèle de l’Art Brut, ouvre les portes de sa galerie au travail photographique rare d’Albert Moser plus connu pour ses dessins aux formes colorées.

Albert Moser est une découverte majeure. Pour la première fois en France ses photos, jusqu’alors cachées dans des sacs, offrent une perspective Vintage, diront les branchés, sur une Amérique fixée sur des clichés fascinants.

Albert Moser est autiste, il vécu jusqu’à 60 ans chez ses parents et coule aujourd’hui, à 84 ans, des jours heureux à dessiner des centaines de « mandalas » répétitifs et colorés

De 46 à 48 il doit faire son service militaire, il est donc envoyé au Japon avec les forces d’occupations américaines. Cette période militaire lui permet d’apprendre les rudiments de photographie et de revenir avec un joli tampon : Albert Moser Photographer.

Albert Moser commence à photographier en 1970 mais ne montre pas son travail, il le cache, lui confère une clandestinité intime.

Des centaines de photos sortent du fond d’un sac, visions panoramiques du monde aux qualités plastiques impressionnantes.

Albert Moser saisit l’espace par morcellement et le recolle grâce à des découpages et montages simples afin d’offrir la plus large vision possible. La réalité est coupée, tordue, reconstituée et réaliste comme une vision tridimensionnelle.

Derrière chaque prise de vue, une description méthodique du lieu, de la date et de la technique est écrite à coté du fameux tampon Photographer. Albert Moser pousse les limites de la vue, il fait tourner ses yeux au maximum à gauche et à droite et cliché après cliché, coups de ciseaux après montages, il redessine avec poésie les paysages urbains dans un vertige optique saisissant. Photo après photo le spectateur est entrainé dans l’Amérique multiple, son immensité, ses parcs, ses plages, ses centres commerciaux déjà anormalement géants.

L’intime d’Albert Moser est pénétré, il avait caché ses photos, peut être par peur de les montrer ou à cause du peu de soutient de ses parents pour ses aspirations artistiques. Inutile de chercher à mettre des mots, du sens ou encore et toujours tenter d’expliquer l’art ou la différence par des définitions vaines.  Laissons l’art, l’émotion, l’image, la matière, les couleurs, la création nous envahirent pour recevoir cette œuvre sans limite.

Un catalogue bilingue (fr/en) de 200 pages avec un texte d’André Rouillé est publié à l’occasion de cette exposition unique en Europe.

Le cinquantenaire de la mort de Georges Bataille au Centre Pompidou
Live Report’:Le Nouveau Monde célébré à Pleyel par l’ONDIF ce week-end
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *