Actu
[Tour de Web] Le bal masqué

[Tour de Web] Le bal masqué

02 novembre 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Ce weekend se déroulait Halloween, la tradition Américaine est maintenant assez établie en France dans sa version adulte. L’occasion est là de se grimer en monstre et de jouer les jolies sorcières. Étonnamment, l’actualité résonne. Tour de web.



Des clowns terrifiants

Le mot clown n’était pas ces derniers jours synonyme de cirque  et de toute façon, il est courant de voir les enfants être terrorisés par les nez rouges. Mais voilà qu’une tendance s’installe : le clown effrayant, c’est-à-dire, le second degré passé au premier. Et cela coûte cher. Comme le relaie 20 minutes : « Lundi en début d’après midi, lors d’une audience de comparution immédiate, une peine de six mois de prison avec sursis a été prononcée par le tribunal à l’encontre d’un jeune homme interpellé à Douvrin, près de Béthune, vendredi. Le condamné s’était «amusé» à faire peur à des enfants dans le centre-ville. Alerté, le gérant d’une friterie de la commune avait contacté la police avant de poursuivre le clown jusqu’à son domicile. ». Quand au Télégramme, il titrait il y a quelques jours : »Bretagne. Les clowns effrayants débarquent-ils ?
Il est assez facile de remonter la piste de ces blagueurs de mauvais gout puisqu’ils diffusent leurs mauvaises blagues sur Youtube :

Mais, à en croire le psychanalyste Philippe Grimbert qui témoignait dans Psychologies.com: « Le clown est un personnage intéressant, à double titre. C’est un touche-à-tout de génie, brillant et intelligent, mais porteur d’une fêlure. Le ressort de son personnage, c’est de toujours faire rire… y compris de ses propres malheurs. »

Dans la veine de l’arroseur arrosé, on trouve l’amuseur public Remy Gaillard, auteur du célèbre « c’est en faisant n’importe quoi que l’on devient n’importe qui ». Et le voici pris à son propre piège, postant sur les réseaux sociaux : « On me confond avec une minorité de clowns qui fout le bordel… NOUVELLE VIDEO DEMAIN ! Please do not mix me with a minority of so called « clowns » who harass people. NEW VIDEO TOMORROW ! », Car ce trublion très marrant s’amuse à détourner, entre autres, les films d’horreur, en témoigne cette vidéo :

Décidément, la figure du clown inspire. Mais pas que. La période d’Halloween, version sexy à l’oreille de la Toussaint inspire tous les médias. Le très chouette Daily Elle s’interroge : « Faut-il se déguiser à Halloween ? » et répond  » Alors il vaut mieux se déguiser un peu tous les jours mais se reconnaître toujours. Comme avec cette combinaison léopard H&M, que j’ai enfilée pour aller au bureau. »

Jouer la comédie

Le bal masqué est surtout politique ces dernières semaines. Quand Fleur Pellerin avoue ne jamais avoir lu Modiano de sa vie, les réactions sont doubles. Il y a ceux qui jugent la fonction, au sens où un boucher doit aimer la viande, c’est le cas de Tahar Ben Jelloun qui a déclaré sur France Inter « C’est triste, j’ai de la peine pour elle… Une ministre de la Culture doit se plonger dans la littérature, ne serait-ce que par devoir politique » il y a ceux que cette posture énerve, tel le membre de l’académie Goncourt Pierre Assouline contacté par francetv info  « On n’attend pas d’un ministre qu’il lise des romans, ni qu’il soit écrivain. Vous voyez Jean d’Ormesson, dont le nom avait un moment circulé, autrefois, comme ministre de la Culture ? Ça aurait été une catastrophe », ajoute-t-il. « Faut-il être agriculteur pour être ministre de l’Agriculture ?, interroge encore Pierre Assouline. Un ministre de la Culture doit d’abord être administrateur, savoir gérer de l’argent. Un ministre de la Culture aujourd’hui, c’est quelqu’un qui se farcit le conflit des intermittents du spectacle, un dossier extrêmement compliqué et difficile. C’est un truc de technocrate. » L’auteur conclut : « Et même si être ministre de la Culture requiert aussi une sensibilité culturelle, cette polémique est vraiment un mauvais procès fait à Fleur Pellerin. » Et il y a ceux, et c’est là que la mascarade intervient vraiment, qui incriminent les spin doctor

« Car, si elle ne lit que des fiches et des dépêches, que n’a-t-elle pas lu celles qui annonçaient le prix Nobel de Modiano ? Et comment se fait-il que ses collaborateurs ne lui aient pas fait de fiches ? » s’interroge François Jost dans Le Plus.

Et l’affaire est toute là, dans les règnes des faux semblants, il faudrait de temps en temps jouer vrai. On reproche à Fleur Pellerin sa sincérité et les clowns font peur. Pendant ce temps, une vraie nouvelle n’a pas été tellement relayée : Insulter Eric Zemmour est légal.  Ce n’est pas nous qui le disons mais La cour d’appel de Paris qui « a jugé « non coupable » jeudi le rappeur Youssoupha qui avait traité de « con » le chroniqueur Éric Zemmour », c’est à lire dans Le Point.  La réalité est parfois sympathique, elle est parfois étonnante. Car, à Marseille, ce ne sont pas des hommes masqués qui ont « séquestré sous la menace d’un pistolet automatique un ingénieur du son et le propriétaire d’un studio d’enregistrement lundi ». L’histoire était celle d’un rappeur prêt à tout pour enregistrer un titre, et pas sur que le morceau sorte un jour. A lire sur le site de France 3.

Hatufim saison 2 : projections en avant-première le 5 novembre à Paris
Box-office: Le Labyrinthe repasse devant Samba en tête du top 10 des entrées France de la semaine
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture