Actu
Raoul Fernandez : « cette situation me donne envie de jouer des textes lumineux dans des espaces ouverts »

Raoul Fernandez : « cette situation me donne envie de jouer des textes lumineux dans des espaces ouverts »

19 mars 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

A la rédaction, une idée a surgi dans les boucles de mails : faire parler des artistes, leur demander « comment ça va » et comment ils vivent leur confinement, ce que cela provoque en eux. Aujourd’hui le comédien et costumier Raoul Fernandez nous répond.

Comment ça va ?

Ça va bien. Un peu triste car mon spectacle Portrait de Raoul est annulé début avril au théâtre Sylvia Monfort. Mais je fais des italiennes du texte tous les jours, je retravaille les chansons. A part ça et pour passer le temps, j’expérimente des nouvelles recettes de cuisine. Et j’essaie de m’occuper en lisant, en voyant des films,

Est-ce que vous sortez encore un peu ou bien êtes vous totalement enfermé ?

Je suis totalement enfermé. Avec des vivres pour deux ou trois semaines. On doit respecter la consigne, les conseils des médecins. J’aime la vie.

Quelles sont vos routines culturelles pour faire descendre l’angoisse ?

 Par internet je visite des musées, des bibliothèques numériques, je reprends mes lectures de Pasolini et des classiques latins.

Est-ce que l’enfermement génère chez vous des envies de jouer particulières ?

Quand j’apprends un texte pour le théâtre ou le cinéma. Je le fais toujours dans ma chambre et, c’est dans cet espace où je me trouve en ce moment sans sortir. C’est un lieu déjà connu, visité, habité. Mais cette situation me donne envie de jouer des textes lumineux dans des espaces ouverts.

Est-ce que ce temps révèle quelques plaisirs coupables ?

Un plaisir coupable peut être le chocolat, ou bien les bons plats mijotés !  Mais en pensant toujours que le mieux est quand on peut les partager avec les amis

Visuel : ©Raoul Fernandez

Les plus belles expositions virtuelles
En quarantaine sensuelle avec le Verrou : « Dolorosa Soror » de Florence Dugas
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *