Politique culturelle
Europacorp dans le rouge, condamnée à une lourde amende

Europacorp dans le rouge, condamnée à une lourde amende

30 octobre 2014 | PAR Fanny Bernardon

Le studio de cinéma Europacorp dont le fondateur Luc Besson n’a plus besoin d’être présenté a été condamné à payer 200 000 euros d’amende pour inexactitudes comptables.

Depuis son introduction en Bourse en 2007, Europacorp n’avait jamais connu de précédent financier similaire. La commission des sanctions de l’Autorité des marchés financiers (AMF) a condamné la société du cinéaste à payer une amende de 200 000 euros pour avoir donné aux investisseurs d’imprécises informations au sujet de sa situation financière en 2009 et 2010.

En avril 2010, la comptabilité d’ Europacorp communiquait une marge opérationnelle « particulièrement réduite ». Quelques mois plus tard, elle publiait un prévisionnel dont le résultat s’affichait alors comme étant négatif. Bien qu’elle ne disposait pas d’un résultat précis et chiffré, Europacorp était visiblement en mesure d’estimer la perte qu’elle allait réaliser.

Ce qui est reproché à la société c’est donc la dissimulation de sa santé financière aux investisseurs. Cette imprécision concerne en effet les frais préliminaires nécessaires au lancement d’un film. Cela suppose donc pour Europacorp, avant d’entamer une production, qu’elle dispose d’un certain capital actif qui sécurise les financements et les financiers.

Les commissaires aux comptes d’Europacorp de l’époque, autrement dit les sociétés Ernst and Young (EY) et Ledouble ont pour ce qui les concerne été mises hors d’état de cause.
Luc Besson se fait donc taper sur les doigts mais Europacorp se félicite de ne pas avoir été mise en cause quant à sa régularité comptable. Néanmoins, « le montant de la sanction lui [apparaît] comme disproportionné par rapport aux griefs mineurs qui ont été retenus. ».C’est pourquoi bien que la société prenne bonne note de ce faux pas, elle se réserve malgré tout « la possibilité de faire appel de cette décision ».

Visuel à la Une et Visuel : @Captures d’écran

« Westwood » de Stella Gibbons, Une savoureuse satire qui avance masquée.
Stromae, un phénomène qui traverse les océans
Fanny Bernardon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture