Politique culturelle

Antoine de Caunes revient sur son éviction du Grand Journal

Antoine de Caunes revient sur son éviction du Grand Journal

02 novembre 2015 | PAR Kalindi Ramphul

Le grand journal est une des émissions phares de la chaîne cryptée au succès formidable : Canal+. C’est donc dans une optique d’amélioration constante de ses audiences que la chaîne a préféré se défaire del’animateur Antoine de Caunes. Il revient alors sur son éviction

Après deux années passées à présenter l’émission préférée d’un grand nombre de français, Antoine de Caunes a annoncé, le 11 juillet sur Twitter, qu’il quittait la chaîne. Il reviendra le 6 novembre prochain avec un nouveau projet : L’émission d’Antoine, un talk show en crypté. A cette occasion; il a été l’invité de l’émission Le tube, laborieusement présentée par une Ophélie Meunier qui semble avoir des difficultés à, elle-aussi, trouver ses marques. Il est alors revenu sur les quelques mois difficiles, qui ont fait suite au remaniement de la chaîne Canal+. Il a alors annoncé : Quand la rupture est consommée et imposée, elle est difficile à vivre. Je me suis retrouvé au milieu d’un champ de bataille, il y avait des différends qui se réglaient à travers cette émission. J’étais le paratonnerre de l’émission, j’ai pris la foudre.”

Il a donc été éprouvant, pour l’animateur, de se confronter à la nouvelle version de l’émission, emmenée par une Maïtena Baraben dont la popularité, d’ailleurs, ne cesse de croître. Il a confié : “J’ai regardé leGrand Journal le jour de la rentrée ; c’était une expérience un peu traumatisante pour moi. C’était comme si on me montrait le berceau sans le bébé. C’était trop violent.”

 Alors qu’il était aux commandes du Grand Journal, Antoine de Caunes, dont la renommée n’est pourtant plus à faire, avait été la proie des moqueries et des colères en tous genres. Un acharnement que l’animateur ne comprend pas :  “On a l’impression d’être dans la ligne de mire permanente de gens qui vous veulent du mal. C’est quand même un talk-show avec du divertissement, on ne tue pas des enfants!” a t-il ainsi déclaré.

Visuels : ©DR

Martin Scorcese : un biopic sur Leonard Bernstein
Le bel effroi du romantisme torturé au Musée de la Vie Romantique
Kalindi Ramphul

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *