Actu
Festival Visa pour l’image : Palmarès 2015

Festival Visa pour l’image : Palmarès 2015

07 septembre 2015 | PAR Kalindi Ramphul

La 27ème édition du Festival du Visa pour l’image de Perpignan, qui récompense chaque année les meilleurs photo-journaliste, a révélé, ce samedi 5 septembre, son cru 2015. Cette année, c’est le talentueux Bülent Kiliç qui remporte le très convoité Visa d’Or News pour son travail sur le passage de réfugiés à la frontière turco-syrienne. Un thème on ne peut plus actuel qui lui a valu la reconnaissance d’un jury ému. Retour sur un travail nécessaire. 

Visa d’Or News : Bülent Kiliç

Les lecteurs du monde entier n’ont pu dissimuler leur émotion à la vue du travail réalisé par l’excellent Bülent Kiliç. Le décor est abrupte et le sujet violent. L’emprunte est sublime et le résultat touchant. Les photos ont été prises au poste-frontière d’Akçakale, entre la Syrie et la Turquie et saisissent un moment qui semble inextinguible. Des enfants, des parents, des vieillards, des femmes et des hommes luttant de toutes leurs forces pour se frayer un chemin à travers les barbelés qui leur déchirent les vêtements. L’artiste révèle avoir passé quatre heures sur les lieux pour photographier l’horreur en direct. Une horreur qu’il espère « ne jamais revivre ». Quelques jours après la diffusion de la photo du petit Aylan, les coeurs sont encore plus prompts à comprendre que « l’horreur et la fatalité se sont données carrière dans tous les siècles »* et que le notre ne déroge pas à la règle. Bülent Kiliç nous livre alors une jolie leçon toute en rudesse et prouve aux détracteurs de son art que la photographie est un art nécessaire. Ses reportages en Ukraine, en Syrie ou en Turquie lui ont d’ailleurs valu de prestigieux prix dont au prix Bayeux-Calvados ou au World Press Photo. Le Visa d’Or news, prix le plus prestigieux du festival, lui aura en tout cas rapporté la coquette somme de 8000 euros. 

*Ovide

Visa d’Or Magazine : Daniel Berehulak 

Le Libéria. L’Ebola. Deux mots. Le premier est un pays superbe d’Afrique de l’Ouest. Le deuxième est un virus qui a ravagé le premier. Daniel Berehulak était là pendant quatre mois, avec les équipes d’intervention qui, chaque jour, ont fait tout leur possible pour lutter contre le virus mortel. Simples et fortes, les photos de l’artiste sont efficaces. Et surtout, elles sont authentiques. Une femme en pleurs après qu’on ait enlevé le corps de son mari décédé ou une petite fille emmenée de force par des ambulanciers, l’instant est capturé. On sent l’implication totale du journaliste qui a fait fi des risques sanitaires pour nous transmettre l’information. En outre, si le photographe était vêtu d’une tenue de protection, il n’était pourtant pas à l’abri de tous les risques. Mais peu importe le danger, Daniel Berehulak est un passionné d’image, un amoureux de l’information et un adorateur du monde.

Visa d’Or humanitaire du Comité international de la Croix-Rouge : Diana Zeyneb Alhindawi

La photographe New-Yorkaise a été récompensé du Visa d’Or humanitaire pour son magnifique travail sur les procès pour viols contre des soldats de l’armée congolaise à Minova, dans l’est de la République démocratique du Congo. Diana Zeyneb Alhindawi a suivi de très près le procès de Minova et nous livre les photos de ces femmes victimes de violences sans précédents.

Visa d’Or d’honneur : Pascal Maître 

National Geographic, Geo ou encore Paris Match, la liste est longue et prestigieuse des magazines pour lesquels Pascal Maître a travaillé. Et pour cause, ce globe-trotteur a photographié certains des plus beaux-endroits du monde. Mais le coeur du « maître » réside en Afrique au plus près d’un peuple qui l’inspire et qu’il arpente depuis maintenant trente ans. Ses amours africaines lui auront d’ailleurs valu le joli prix du Visa d’Or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière.

D’autres prix complètent le très prestigieux palmarès du Visa pour l’image. Toute la culture vous en fait la liste. 

Visa d’or France 24-RFI du webdocumentaire à « Sarcellopolis » de Sébastien Daycard-Heid, coréalisé avec Bertrand Dévé.

– Prix de la Ville de Perpignan Rémi Ochlik: Edouard Elias (Getty Images Reportage) pour son travail sur la Légion étrangère en Centrafrique.

– Prix Canon de la femme photojournaliste: Anastasia Rudenko.

– Prix ANI – Pix palace: Andres Kudacki, pour son reportage sur la crise du logement en Espagne.

– Prix Pierre et Alexandra Boulat: Alfonso Moral (Cosmos) pour son reportage sur les tensions religieuses au Liban.

– Prix Camille Lepage: Romain Laurendeau.

– Prix Photo Fondation Yves Rocher: Lianne Milto pour son travail sur la sécheresse au Brésil.

Visuels : ©AFP photos, Daniel Berehulak

4.48 Psychose de Sarah Kane à nu
Agenda Classique de la semaine du 7 septembre
Kalindi Ramphul

One thought on “Festival Visa pour l’image : Palmarès 2015”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *