Théâtre

4.48 Psychose de Sarah Kane à nu

4.48 Psychose de Sarah Kane à nu

07 septembre 2015 | PAR Christophe Candoni

Dans la petite salle voûtée du Théâtre de l’Essaïon, Julie Danlébac met à nu les mots de Sarah Kane en livrant une interprétation sobre et intense de son dernier texte, 4.48 Psychose, mis en scène par Ulysse di Gregorio.

« Rien qu’un mot sur une page et il y a le théâtre » écrivait la dramaturge britannique dont la densité intellectuelle et émotionnelle des textes invite les metteurs en scène à se débarrasser de toutes velléités de (dé)monstration théâtrale. 4.48 Psychose ne pourrait supporter autre traitement que l’éloquence de l’extrême simplicité et du dépouillement. C’était le parti pris de Claude Régy qui fit découvrir en France la pièce incarnée par une Isabelle Huppert magnétique, c’est aussi celui d’Ulysse di Gregorio dont le travail sans fioriture repose sur une image forte, sensible, tragique : l’immobilité d’un corps debout, enveloppé de l’étoffe fine et rigide d’une longue robe de mariée à la blancheur immaculée évoquant la promesse d’une vie heureuse et accomplie, et qui finalement s’apparente à une cage qui l’emprisonne.

Dans cette économie de moyens, frappent avec justesse la violence et la beauté du monologue de Sarah Kane qui raconte l’irrémédiable descente aux Enfers d’une jeune femme dépressive dont l’état psychotique et la solitude abyssale la conduisent à se donner la mort alors qu’elle-même, à la rédaction de son texte, est sur le point de se suicider à l’âge de 28 ans par pendaison dans les toilettes de l’hôpital psychiatrique où elle est internée. Rien d’autre que les mots, les ellipses, les silences. La bouleversante comédienne Julie Danlébac les habite avec une émotion rentrée et toujours à fleur de peau.

Représentations les jeudi, vendredi et samedi. Photo © Bertrand Delous.

Infos pratiques

Théâtre Daunou
Essaion Théâtre
theatre_essaion

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *