Actu
Décès de Patrick Macnee, star de la série Chapeau Melon et bottes de cuir

Décès de Patrick Macnee, star de la série Chapeau Melon et bottes de cuir

26 juin 2015 | PAR Flora Vandenesch

Célèbre pour son rôle de John Steed dans la série télévisée Chapeau melon et bottes de cuir (The Avengers), Patrick Macnee s’est éteint jeudi 25 juin à son domicile de Rancho Mirage, en Californie. L’acteur britannique avait 93 ans.

Sur twitter, le journal Les Echos a posté : « Décès de Patrick Macnee, star de Chapeau melon et bottes de cuir. » Sur le site officiel de l’acteur, on peut lire l’annonce de son décès. Le communiqué lui rend hommage, faisant référence à « ses commentaires et ses réponses qui mêlaient un ton pince-sans-rire, un sens provocateur de l’ironie et un esprit vif comme l’éclair. » C’était « un ambassadeur de la tradition du gentleman britannique ». Autant que la délicieuse bande-annonce de la série légendaire Chapeau melon et bottes de cuir, le flegme et le sourire de l’acteur sont dans les mémoires des téléspectateurs.

C’est en 1960, quand Patrick Macnee décide de s’installer au Canada et de mettre fin à son métier d’acteur, qu’une de ses connaissances lui propose de jouer dans la série Chapeau melon et bottes de cuir (le titre original étant The New Avengers). Quand la série débute en 1961, John Steed, le personnage joué par Macnee, n’est qu’un personnage secondaire. Le rôle s’étoffe au fur et à mesure. En 1976, l’acteur reprend le rôle de John Steed pour la seconde série et revient habiter en Angleterre le temps du tournage. Alors que trois héroïnes se sont succédées : Linda Thorson, Joanna Lumley et Diana Rigg (que l’on retrouve en Lady Olenna Tyrel dans la série Game of Thrones) durant les cinq saisons, Patrick Macnee a tenu le rôle de l’agent secret pendant la totalité des 187 épisodes.

On a vu aussi l’acteur dans la série originelle Galactica, où il incarne le redoutable comte Iblis et dans les séries à succès Magnum, Pour l’amour du risque ou encore Frazier.

Visuel : CC

Un Lion d’or pour Anne Teresa De Keersmaeker
Une victoire franco-japonaise pour le prochain Guggenheim
Flora Vandenesch

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *