Actu
Coraly Zahonero, sociétaire de la Comédie Française, en confinement crée les Podcast de Charlie-Hebdo

Coraly Zahonero, sociétaire de la Comédie Française, en confinement crée les Podcast de Charlie-Hebdo

27 avril 2020 | PAR David Rofé-Sarfati

Nous connaissions la comédienne de la Comédie Française pour sa déjà brillante carrière. Le confinement studieux de sa troupe (sous forme de WebTV et de captation TV) résonne en elle doublement car elle prête sa voix et son talent à l’enregistrement audio d’articles de Charlie-Hebdo.

 

Premier janvier 2000, Coraly Zahonero entre en tant que 504e sociétaire à la Comédie Française. Elle est initiée au théâtre de masques par Omar Porras qui monte Pedro et le Commandeur de Lope de Vega. En 2010, elle prend part à l’aventure de Paroles, pas de rôles / vaudeville, une expérience performative avec les collectifs tg STAN, de KOE et Discordia. Elle joue ensuite le rôle-titre dans Yerma de Federico García Lorca par Vicente Pradal, Natalia Ivanovna dans Les Trois Sœurs de Tchekhov par Alain Françon qu’elle retrouve pour La Mer d’Edward Bond et pour La Locandiera de Carlo Goldoni. Elle sera Jessica dans Le Marchand de Venise de Shakespeare, Olivia dans La Nuit des rois ou ce que vous voulez.  De sa carrière riche évoquons aujourd’hui ses rôles comiques: Margarita dans Les Rustres de Goldoni par Jean-Louis Benoit, Clara, la modiste, dans Un chapeau de paille d’Italie de Labiche,  Lucette dans Un fil à la patte par Jérôme Deschamps ou encore Marcelle dans L’Hôtel du Libre-Échange par Isabelle Nanty. A chaque fois, elle déploie son immense talent et nous dévoile une solide puissance comique défendant des rôles de roublarde, de cruche savoureuse, ou d’idiote désarmante.  

Coraly Zahonero est une femme de cœur et de convictions. En  2016 elle crée la pièce GRISELIDIS, un choc de théâtre et d’humanité, une pièce témoignage qu’elle a bâtie autour de la compilation et de l’interprétation des textes et des interviews de Grisélidis Réal, prostituée, peintre et écrivaine.  L’incarnation de cette femme libre, morte en 2005 après avoir parcouru une vie cabossée sans jamais renoncer à rendre hommage au monde tel qu’il est, noir cependant que de mille couleurs, elle aime dans un optimisme généreux, et nous hypnotise à la voir, comme elle le dit, danser sur un volcan. 

En 2018, elle incarne une page noire et belle à la fois de la lutte des femmes pour l’égalité. En 1971, une mère et sa fille de 16 ans, qu’elle a aidée à avorter après un viol, sont dénoncées et accusées. Elles risquent la prison ferme. L’avocate Gisèle Halimi se propose de les défendre. La militante féministe vient de signer le manifeste des 343. La pétition parue dans Le Nouvel Observateur dresse la liste de 343 Françaises célèbres qui avouent courageusement: je me suis fait avorter, s’exposant à des poursuites pénales; parmi elles, Simone de Beauvoir, Delphine Seyrig, Catherine Deneuve ou encore Nadine Trintignant, Juliette Magre ou Marceline Loridan. Le manifeste est un plaidoyer pour faire entendre la voix des femmes qui exigent de disposer librement de leur corps. Il est un appel à la dépénalisation et à la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse. Dans la pièce biopic Hors la loi  de Pauline Bureau, qui raconte toute l’affaire, créée au Théâtre du Vieux-Colombier en 2018, Coraly Zahonero est naturellement castée pour le rôle de cette mère courage. (notre critique ici)  

Cultivant son indépendance, combinée à un profond attachement à sa troupe du Français, elle continue son chemin en créant ses propres spectacles. Cette saison, elle a mis en scène au côté de Vicente Pradal le spectacle musical Tango Secret, de Luis Rigou et Céline Bishop, avec le magnifique couple de danseurs Los Guardiola. Elle tient par ailleurs à aller jouer dans des lieux plus modestes, là où ne peut aller la Comédie-Française ; cette saison, elle a créé une nouvelle fois avec Vicente Pradal (son mari dans la vie), un duo sous forme de récit musical sur le poète espagnol Miguel Hernandez, poète berger et révolutionnaire, mort dans les prisons franquistes en 1942. Le spectacle minimaliste et bouleversant raconte l’histoire d’un couple transpercée par la guerre civile.  

Elle nous le confesse : elle aime mettre en lumière celles et ceux, qui, comme Griselidis Réal ou Miguel Hernandez, ont connu et subi l’injustice, et dont le talent et l’oeuvre n’ont pas encore été suffisamment mis en lumière en France. Des êtres exceptionnels engagés pour la liberté, des corps, des cœurs et des âmes. Des phares dans la nuit. C’est donc par nature même que la comédienne consacre son temps de confinement à Charlie-Hebdo. La comédienne prête sa voix et son talent à podcaster des articles de l’hebdomadaire. Sa voix fait entendre l’éloquence des convictions pures, l’urgence des combats et parfois aussi la fausse candeur ou le trait cabochard et militant propre au journal. Coraly Zahonero donne une voix à l’esprit Charlie. Elle choisit elle-même les textes pour leur force littéraire ou politique, et les envoie à Charlie qui les met en ligne sur son site et parfois sur sa page Facebook, les offrant ainsi à un large public. Ainsi, elle s’est amusée à faire la voix du pangolin sur une lettre fictive écrite par Allain Bougrain Dubour. Cette collaboration vient s’inscrire dans le lien que la comédienne du Français entretient avec l’équipe du journal, puisqu’elle travaille depuis plus de deux ans sur un projet théâtral autour du célèbre hebdomadaire. (podcast Charlie ici) 

En attendant, nous pouvons retrouver la comédienne sur la webTV de la Comédie-Française qui diffuse chaque jour de 16h à minuit. Chaque soir, le rideau se lève virtuellement deux fois (18h30 et 20h30) sur des captations complètes et gratuites (nos conseils ici). Nous avons pu revoir Coraly notamment dans Les trois soeurs ou Pedro et le commandeur. Nous regrettons que l’Hôtel du libre échange, diffusé à la fois sur France 5 et sur la web TV l’ait été à chaque fois avec la  première distribution ; nous avions préféré la reprise avec l’arrivée avantageuse de Coraly Zahonero. (notre critique ici).

La date de réouverture de la Comédie Française reste lointaine et imprécise. Hors la loi, énorme succès auprès du public et de la critique,  devait se reprendre à la rentrée et partir ensuite en tournée. Ce mois de mai, Coraly devait également jouer Béline, dans la reprise du Malade imaginaire au côté de Guillaume Gallienne, après avoir tourné le spectacle en France et en région parisienne. Le confinement devrait durer, parions que la chaîne Youtube de la Comédie Française programme  Griselidis (notre critique ici).

 
 
Crédit Photo Brigitte Enguèrand Oblomov.
StopCovid : l’appli qui divise
Ces musiciens qui se filment dans leur confinement (41)
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *